mercredi 22 mars 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Avec un 81,53% des suffrages exprimés
Les Algériens ont choisi Bouteflika Abonnez-vous au flux RSS des articles

18 avril 2014
16:41
0 commentaire Abdelaziz Bouteflika, réélu président de la République pour un 4ème mandat

Bien qu’affaibli par la maladie et décrié par ses opposants et détracteurs avant et pendant la campagne électorale, Abdelaziz Bouteflika a été réélu à la tête de l'Etat avec un score de 8. 332.598 des suffrages exprimés, soit  81,53%.

 

Le peuple algérien a opté pour le quatrième mandat de l’homme de la stabilité. Il lui a renouvelé sa confiance et réitéré son soutien indéfectible. Après quinze années à la magistrature suprême, Bouteflika a réussi à préserver sa popularité  dont il jouit depuis 2009. Il est l’auteur de plusieurs  réalisations et acquis qui témoignent aujourd’hui de  sa gouvernance dont le retour à la paix et la stabilité du pays. C’est d’ailleurs un axe important de son programme électoral par lequel, le président compte parachever tous les projets entamés de développement national et pour lesquels la stabilité reste la condition première pour asseoir un climat de sérénité et de cohésion sociale.

Les Algériens qui, ont suivi  la campagne électorale des six candidats en lice pour cette présidentielle 2014 ont choisi la stabilité et la continuation pour permettre à Bouteflika de faire arriver à bon port tous les projets tant politiques qu’économiques avec comme soubassement la création de conditions sociales décentes. Cette élection intervenue dans une conjoncture régionale particulière ne pouvait être ignorée par les algériens qui, ont eu à vivre toute une décennie avec son lot de destruction de l’outil national de travail et de terreur pour mesurer aujourd’hui, à juste titre la menace terroriste sur les frontières et le danger de l’instabilité sociale.

Les électeurs se sont donc, rendus aux urnes hier pour élire la continuité à travers cet homme refusant de troquer les quatorze ans de règne de Bouteflika contre le changement où, l’incertain prend plus de place que l’acquis. Le choix a été fait par un peuple qui n’aspire qu’à vivre dans la quiétude et la prospérité loin de toute confrontation.

Durant la campagne électorale, les représentants du président-candidat ont fait de cette stabilité leur cheval de bataille. Leurs discours étaient sous forme des mises en garde contre, disaient-ils, « ceux qui appellent à la fitna », « les semeurs de trouble » et « ceux qui veulent déstabiliser le pays ». Le message n’a pas été compris à contresens, au contraire, les Algériens, nonobstant les insuffisances,  ne cachaient pas leur appréhension de subir une révolution importée édictée par des puissances étrangères à travers des mains algériennes. Ce qui explique parfaitement le score avec lequel l’artisan de la réconciliation nationale a été réélu pour une quatrième fois consécutive.

Mais ce n’est pas tout. Le président maintenant qu’il est crédité de 81.53% des voix algériennes aura, en sus de ses engagements sociaux-économiques tels que contenus dans son programme à consolider les réformes politiques susceptibles de mettre à l’abri l’Algérie de toutes convoitises malveillantes. La prochaine révision de la constitution devra poser les jalons d’une deuxième République au sein de laquelle nul ne sera exclu dans l’édification d’un Etat démocratique et moderne.

Victime d’un AVC qui a réduit ses capacités de mobilité après trois mois d'hospitalisation en France, Bouteflika est apparu pour la première fois en fauteuil  roulant en se rendant au bureau de vote pour accomplir son devoir électoral.  Quant à sa compagne, elle a été animée par des personnalités politiques dont les partis ont soutenu sa candidature pour ce quatrième mandat. Abdelmalek Sellal en sa qualité de directeur de compagne en a été l’animateur principal. Élu président de la République en 1999 sous le slogan du retour à la paix en Algérie avec 73,05% des voix, Bouteflika a été reconduit dans ses fonctions pour un deuxième mandat avec  85% en 2004 avant d’être de nouveau réélu en 2009 avec  90,24% des suffrages exprimés. Cette fois-ci, il a aussi ratissé large avec 81.53%, soit 8. 332.598 des suffrages exprimés.

R.N

Sur le même sujet
13avril 2014

Belkhadem appelle les Algériens à s'éloigner des facteurs de division

01mars 2014

Au moment où le comité des sages tient sa réunion à Alger (Actualisé) Ghoul galvanise ses troupes

09avril 2014

Sellal en campagne à Ghardaïa (Actualisé 18h40) «Le sud aura toutes ses chances pour se développer»

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.