mercredi 13 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Plan d’action du gouvernement
Les députés relèvent des incohérences Abonnez-vous au flux RSS des articles

01 juin 2014
15:42
0 commentaire Députés de l'Alliance de l'Algérie verte (AAV)

Les députés ont réagi à la présentation du plan du gouvernement présenté ce matin à l’APN par le Premier ministre. Rencontrés dans le hall de l'hémicycle Zighout Youcef, ils ont relevé plusieurs insuffisances et incohérences dans la feuille de route du gouvernement. 

 

Pour l’ex-président du groupe parlementaire du MSP Namane Laouar, « le gouvernement parle de la continuité, il faut alors nous présenter le bilan des programmes précédents ». « Il ne paraît impossible de continuer sur cette voie, si nous ne savons pas où nous en sommes actuellement », a ajouté qui estime par ailleurs que le plan « ne prévoit pas plusieurs points qui étaient pourtant soulevés par la grande majorité de la classe politique ». D’autant plus, renchérit-il, « le programme manque de chiffres et rien n’a été dit en ce qui concerne l’enveloppe financière qui lui sera consacrée. Pour nous, le contenu du plan est tout simplement vide ».  

Le Parti de la Justice et de Développement qui a décédé auparavant de boycotter la séance de présentation du plan, est finalement revenu sur sa décision, puisque selon le député Laaribi Mohamed, « la politique de la chaise vide n’est pas la solution ». Le représentant du parti de Djabalah a évoqué lui-aussi la présentation de la politique générale que le gouvernement a « zappé ». « C’est l’État qui transgresse ses lois, puisque l’article 84 de la constitution oblige le gouvernement à présenter son bilan annuel, chose qui n’a pas été faite », a-t-il déploré avant de rappeler que « depuis 1994, seuls quatre gouvernements ont présenté leurs bilans ». Selon ce député, « ce programme est comme le précédent, il ne répond pas aux attentes des citoyens. Il consacre par contre la politique de médiocrité ».

De son côté, le député du PT, Rmatane Youcef Taazibt a relevé plusieurs incohérences. «Le programme n’est pas homogène, il y’a beaucoup de contradiction » a-t-il relevé sans pour autant entrer dans les détails. Pour lui, les secteurs de l’agriculture, du tourisme et de l’industrie « n’ont pas bénéficié de mesures concrètes ». « Le plan ne fait pas référence à la règle 49/51 ni au droit de préemption, n’apporte aucune précision sur l’abrogation de l’article 87 et n’aborde pas la question de Tamazigh », a-t-il constaté.

« Le plan d’action du gouvernement devrait être élaboré sur trois éléments qui sont la fixation des objectifs, la stratégie ensuite les moyens pour sa réalisation », mais nous avons remarqué que ces étapes n’étaient pris en considération », a indiqué pour sa part la députée du FFS, Hayet Taiati qui tenait à souligner que le Premier ministre n’a pas révélé la façon avec laquelle le plan sera réalisé ni abordé les moyens nécessaires pour sa réalisation. « C’est un plan ambigüe qui reflète le manque de volonté et du sérieux du gouvernement », a-t-elle déploré.

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
02juin 2014

Poursuite des débats sur le plan d’action du gouvernement Les députés passent à la critique positive

14nov. 2016

PLF : le gouvernement accusé de faire dans le bricolage

21juin 2017

APN : Entre soutien, opposition et hésitation

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.