vendredi 26 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le groupe 19-4 n’en démord pas Abonnez-vous au flux RSS des articles

27 déc. 2015
14:52
0 commentaire "Le combat continue."

Les représentants du groupe 19-4 ont réaffirmé leur détermination de «poursuivre leur démarche, malgré toutes les attaques et les provocations dont leurs membres (4 qui se sont retirés du groupe) ont été victimes».

 

Les 4 personnalités, qui se sont exprimées au nom du groupe, ont animé ce dimanche au siège du Parti des Travailleurs, une conférence de presse pour faire une évaluation de l’initiative et ce, quelques jours avant la fin de l'année et de la signature du PLF. Ainsi, Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT, a indiqué que « le pays sera en danger dès le mois de janvier prochain au cas où le président de la République procédera à la signature du PLF 2016». Selon elle, M. Bouteflika ne pourra pas signer une telle loi, sachant qu'il s'est toujours opposé à ce genre de pratiques (privatisation des entreprises publiques). «Si Bouteflika signera cette loi, je suis sûre qu'il n'a pas lu notre demande d'audience et la lettre des députés», a estimé Louisa Hanoune.

Les intervenants ont maintenu leur unique revendication qui est «la rencontre avec le président de la République» pour lui expliquer la démarche du gouvernement qui vise à faire passer le PLF 2016. D'ailleurs, Mme Hanoune a indiqué que beaucoup de convergences existent entre la démarche du groupe 19-4 et celle des députés, y compris certains élus du FLN, qui ont pris l’initiative de saisir le président de la République aux dérives qu’a connu l’adoption de la loi de finances 2016. Elle s'est référée également à la demande des 42 parlementaires tunisiens au président du Tunisie Badji Gaïd Sebsi. «Le président tunisien a accepté la demande des députés et il les a reçus», ajoutant que ce pays voisin est plus démocrate.

Pour Mme Louisa Hanoune, le peuple s'est mobilisé avec la démarche du groupe en lançant à partir de la wilaya de Djelfa la signature de la pétition en faveur du groupe pour voir le président de la République.  Quant l'ex-ministre de la Culture Khalida Toumi elle a affirmé que le combat du groupe «continue», malgré toutes les pratiques mafieuses et terroristes qu'utilisent ces personnes qui s'attaquent à «tous ceux qui s’opposent».

Profitant de cette occasion, les représentants de 19-4 ont tenu à afficher  leur soutiens et solidarité avec la secrétaire générale du parti des Travailleurs attaquées par des acteurs politiques via certains organes de presse.  Pour sa part, la moudjahida Zohra Drif-Bitat a qualifié ces attaques envers Mme. Hanoune de «bassesses», qui reflètent le niveau des personnes qui se sont attaqués à elle.

La secrétaire générale du Parti des travailleurs, visiblement très touchée par les attaques et la campagne médiatique menées contre sa personne, sa famille et des militants de son parti, a indiqué que «dans sa vie, elle n'a vu un soutien pareil de la part du peuple algérien.».

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
12déc. 2015

FLN, Loi de Finances, constitution, opposition Ould Khelifa monte au front

13mai 2016

Le PT rejette tout recours à l’endettement externe

08nov. 2015

Ils demandent audience au président Bouteflika Que cache la démarche du groupe des "19" ?

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.