jeudi 22 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

RCD : La résolution du campus des jeunes adoptée Abonnez-vous au flux RSS des articles

20 nov. 2016
17:53
0 commentaire Le conclave s'est aussi décliné en ateliers

La résolution du Campus des jeunes du RCD, tenu à la station balnéaire de Souk El-Tenine à Béjaïa, a été adoptée à l’unanimité. Un texte émis par cette jeune assemblée après trois jours de travaux, ponctués d’échanges, de débats et de formation notamment au niveau des ateliers.

 

Les membres de cette assemblée ont pris l’engagement «d’œuvrer pour l’avènement d’un Etat, qui libère les Algériennes et les Algériens afin de prendre en charge leurs destins, construire leurs avenir et réaliser leurs rêves.» Mais expliquent que cela ne pourrait s’envisager dans le cas d’un modèle, qui a montré ses limites. Et où l’Etat central décide de tout et ligote, par là même occasion, ses propres démembrements, en l’occurrence les administrations déconcentrées de l’Etat, «pour agir dans le sens du développement au plan local».

Au plan économique, on a plaidé pour l’impérieuse nécessité, pour les pouvoirs publics de se recentrer sur le développement des infrastructures et les services collectifs. Il doit se traduire aussi par la mise en place de conditions à même de susciter et d’encourager l’initiative privée dans le cadre d’une planification, d’une stratégie où les objectifs de développement seront préalablement arrêtés.

Pour cela, la crédibilité des institutions est considérée, comme une équation sine qua non, par les jeunes du RCD. Et c’est ainsi que l’on pourra mobiliser les citoyens autour d’un projet clair. On juge que «rien de durable ne peut se faire sans l’adhésion des populations» et le respect du suffrage universel.

Et si ses conditions sont réunies s’en suivra automatiquement, a-t-on ajouté, «la soumission à l’exécutif de l’appareil judiciaire avec son lot d’impunité, de corruption et de passe-droits, qui gangrènent la vie économique du pays, l’école et la qualité de la formation ainsi que son adaptation aux objectifs de développement, la pauvreté et la solidarité». Questions largement débattues par les jeunes participants, encadrés par le parti, qui a fait appel aussi à des spécialistes en économie, en droit, etc. soit lors des conférences ou des ateliers.

En effet, les ateliers, animés par les cadres du parti, avaient pour objectifs d’aider à armer «les jeunes militants d’une culture d’organisation, de techniques de communication et de méthodes d’intervention dans la vie sociale» et politique. Les ateliers en question avaient été axés sur des thèmes, divers et variés mais d’actualité, à savoir la laïcité, les droits humains, la question de la femme, les transitions démocratiques, le syndicalisme, le code du travail, les questions sociales, etc.

Salim Aït-Sadi

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.