dimanche 19 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Makri : «Nous changerons l’Algérie en 15 ans» Abonnez-vous au flux RSS des articles

04 avril 2017
12:03
0 commentaire Abderrezak Makri au milieu de ses partisans

Le MSP n’en démord pas de recouvrer sa place au gouvernement. Voire même en être majoritaire.

 

Pour ce faire, il faudrait qu’il réalise une véritable razzia aux législatives. De cela, Abderrezak Makri en est convaincu pour peu, dit-il que « les élections du 4 mai ne soient pas truquées. Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP) qui était ce matin l’invité de la radio nationale estime logique d’avoir la majorité parlementaire. «Nous sommes le seul parti d’opposition à faire face au FLN et au RND à travers nos listes qui comptent 65% de jeunes et 40% de femmes», explique Makri. Pour qui, ces élections sont une occasion d’opérer le changement, de dialoguer, établir des alliances. « Aller vers le clash n’apporte rien.»

Poursuivant dans sa logique d’être majoritaire, le président du MSP a indiqué que l’Algérie pouvait changer en 15 ans. «Si nous sommes majoritaire au gouvernement, nous nous engageons à ce que le pays soit leader dans le secteur des services à l’échelle africaine et arabe dans les cinq prochaines années», affirme l’ex-chef du groupe parlementaire du parti de feu Mahfoud Nahnah. La sécurité alimentaire du pays, elle, sera assurée dans les 10 ans, tandis que l’industrie connaîtra son apogée d’ici 15 ans.

Revenant sur l’établissement des listes de candidatures du parti, M. Makri a reconnu qu’il y a eu des mécontentements dans 5 wilayas. « Ils sont la conséquence de l’union avec le Front du changement», explique-t-il. Et d’ajouter : « Nous avons remplacé les candidats du MSP par ceux du FC. Mais tout est rentré dans l’ordre après les discussions et le dialogue avec les insatisfaits.

A propos de la candidature de Menasra, comme tête de liste à Alger, le président du MSP a indiqué le président du Front du changemet n’était même pas au courant qu’il était candidat. «C’est moi qui l’ai proposé au Madjliss Echoura et il n’y a pas eu d’opposition.» 

Faouzia Ababsa

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.