lundi 24 avril 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Révision de la Politique européenne de voisinage (PEV)
L’Algérie veut un espace euro-méditerranéen commun Abonnez-vous au flux RSS des articles

24 juin 2015
17:55
0 commentaire M. Ramtane Lamamra

Les travaux en plénière de la Conférence ministérielle sur la révision de la Politique européenne de voisinage (PEV) qui ont débuté mercredi à Beyrouth ont permis aux pays arabes de la rive sud de la Méditerranée d’exprimer leurs attentes et préoccupations vis-à-vis de la cette politique. 

 

Les consultations en vue de la finalisation de la feuille de route autour de la révision de la PEV se sont poursuivies aujourd’hui avec une proposition de mise en place d’un espace euro-méditerranéen commun de sécurité et de prospérité partagées, avancée par l’Algérie par le biais de son ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

« Un espace euro-méditerranéen commun reflétant une nouvelle philosophie et non une simple adaptation de ce qui existe et qui a atteint ses limites », a expliqué M. Lamamra, soulignant que l’Algérie encourage à travers cette proposition des notions alternatives qui capteraient davantage la destinée, la prospérité et la sécurité communes.

Cet espace, a-t-il ajouté lors de la plénière de cette conférence, devrait « impliquer un travail soutenu de règlement pacifique des conflits et des crises, et même de prévention contre ces derniers ».

Estimant que les précédentes visions ont foncièrement atteint leurs limites et ne permettant pas d’atteindre les objectifs et répondre sur le même pays d’égalité aux attentes des uns et des autres, Lamamra a insisté sur certaines conditions qui semblent être indispensables pour la création de cet espace. « Dans une relation entre deux partenaires aussi importants que l’Europe et le monde arabe, il faut, à tout prix, qu’apparaissent les principes du droit international comme le respect mutuel, la non ingérence dans les affaires intérieurs des pays, le respect de la souveraineté et de l’indépendance nationales », a-t-il insisté.

Il est impératif, a-t-il poursuivi, que « dans cette relation, apparaissent aussi les principes relatifs au doit de l’autodétermination des peuples, ainsi que l’inadmissibilité de l’acquisition des territoires par la force, ce qui s’applique parfaitement à la question palestinienne et la décolonisation du Sahara occidental ».

Auparavant, le chef de la diplomatie algérienne a recommandé une politique européenne de voisinage découlant d’une approche globale et prenant en compte les spécificités de chacun des pays de la rive sud de la Méditerranée. Il a également mis l’accent sur la nécessité pour l’UE de contribuer dans le développement des pays du sud de la Méditerranée tel qu’il a été promis, à plusieurs reprises, par les responsables européens.

H.M/APS

Sur le même sujet
18nov. 2013

Sécurité alimentaire en Méditerranée Réunion de ministres à Alger

17janv. 2014

Amar Ghoul, ministre des Transports "Les ports seront réencadrés"

27oct. 2014

Marché mondial des produits agricoles L’Algérie dans un nouveau réseau de coopération

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.