dimanche 24 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le retour de l’Iran plombe le marché pétrolier Abonnez-vous au flux RSS des articles

18 janv. 2016
10:26
0 commentaire Les tensions diplomatiques s'amplifient.

Le baril de Brent pour livraison en mars 2016 est cédé à l’ouverture ce matin à 28 dollars, en baisse de 2,28% par rapport à la clôture de jeudi et le pétrole WTI a chuté à 29,42 dollars, enregistrant ainsi le niveau le plus bas depuis novembre 2003.

 

Cette baisse continue des cours de l’or noir ces trois dernières séances est provoquée par la levée officielle samedi des sanctions contre l’Iran. Un retour appréhendé par les grandes puissances rivales comme les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite qui se battent pour leurs intérêts sur le marché mondial du pétrole.  

L’économie mondiale plonge dans une situation alarmiste sans précédent et cette fois-ci, l’onde de choc, vient des Etats-Unis, de l’Iran, de la Chine et des pays du Golf. Le retour de l’Iran intervient au pire moment du marché pétrolier et il est en mesure de faire baisser plus les prix du pétrole. Depuis l’été 2004 le prix du pétrole brut  a chuté de plus de 70% pour passer sous la barre des 29 dollars, un cours que personne n'aurait imaginé il y a 18 mois lorsqu’il était à 110 dollars.   

Mais le pire est à prévoir selon les experts qui estiment que la République islamique profitera de cette levée  des sanctions pour renforcer sa présence au Moyen-Orient et en Asie. Elle prévoit dans un premier temps d’exporter 1,5 millions de barils par jour et compte augmenter la quantité d’ici les mois à venir à 2 millions de barils par jour, sachant qu’elle en produit 3 millions quotidiennement. Ce qui creusera le déséquilibre entre l’offre et la demande.

Raison pour laquelle certains pays comme la Russie, la Chine et l’Inde optent pour la prudence avec l’Iran. Contrairement aux pays du Golf qui ont déclaré une guerre diplomatique et économique contre Téhéran. Chaque puissance rivale tente de garder ses parts de marché en utilisant des stratégies malsaines car après tout le marché mondial reste trop apprivoisé des Etats-Unis, de l’Opep dont l’Iran est membre ou de la Russie et la Chine.

Guerre des prix

La manipulation et la guerre des prix menés par l'Arabie Saoudite face au pétrole américain et iranien risque de provoquer d’importantes tensions internationales et accélérer l’arrivée d’un choc pétrolier.  Toutes les politiques adoptées par les pays producteurs de l’Opep et les Etats-Unis pour redresser le prix du pétrole se sont soldées par un échec. Depuis le début de l’année 2016, les contractions de l’économie mondiale s’accentuent davantage face à la chute des prix du pétrole qui a fragilisé le secteur financier mondial et affecté directement celui de l’investissement.

En effet, la situation boursière mondiale est devenue catastrophique. Les Bourses des monarchies pétrolières du Golfe ont fortement chuté depuis dimanche, plombées par la baisse des prix du brut et la perspective du retour de l'Iran sur le marché. La Bourse saoudienne, la plus importante des pays arabes, a chuté de 6,5% après avoir ouvert à -5,5%, celle de Dubaï a reculé de 15% et le Qatar de 17%.  Même scénario pour les places boursières des pays émergents, du Brésil à la Russie en passant par la Chine.

Malgré cette situation catastrophique de l’économie mondiale, l’Agence américaine internationale de l’énergie et le ministre saoudien du pétrole Al Nouaimi espèrent une reprise des prix du pétrole d’ici quelques mois. Ils s’attendent à un rebondissement des prix à 40 dollars. 

Samira Bourbia

Mots-clés
Sur le même sujet
18janv. 2016

Retour de l’Iran: Ryad perd au change

29janv. 2016

L’économie mondiale s’effondre face à la chute du pétrole

21janv. 2016

Le pétrole menace la croissance mondiale

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.