lundi 24 avril 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Bruits de bottes marocains contre l’Algérie Abonnez-vous au flux RSS des articles

24 mars 2016
21:25
0 commentaire Frontière algéro-marocaine.

Le Maroc a décidé de déployer ses soldats tout le long de sa frontière Est avec l’Algérie, arguant d’information de mouvements terroristes et des contrebandiers d’armes.

 

C’est en tout ce que révèle le quotidien marocain Al Massae dans son avant-dernière livraison. Et selon lequel le général Bouchaib Aroub, inspecteur général des forces armées et commandant de la zone Sud a donné des instructions pour le renforcement de la surveillance au niveau des nouveaux centres frontaliers situés à l’Est du royaume.

Ce déploiement s’apparente à s’y méprendre à la volonté du Makhzen de déclarer la guerre à l’Algérie, ne faisant des dernières déclarations du secrétaire général de l’ONU sur l’occupation par le Maroc du Sahara occidental, mais aussi du renvoi des fonctionnaires de la Minurso et ceux des nations unies qu’un prétexte. Le ton est monté d’un cran lorsque Ban Ki-Moon a maintenu contre vents et marées ses déclarations. Le Makhzen continue de voir dans la volonté d’un peuple d’en découdre avec la colonisation la main de l’Algérie qui, selon certains députés du marocains devrait leur restituer Tindouf et Béchar que le royaume convoite depuis le règne de feu Houari Boumediene. Sachant que le voisin de l’Ouest a paraphé les limites frontalières entre les deux pays.

Mais tous les moyens sont bons pour s’attaquer à l’Algérie. Et il semble que cette fois-ci le palais s’oriente vers l’utilisation de la force. Voire, il ne cache pas son désir d’agresser notre pays dont il accuse les services de renseignements d’être en connivence avec les terroristes. Faut-il rappeler par ailleurs qe le Maroc est le premiers producteur de drogue et qu’il inonde notre pays de ce produit à travers justement a contrebande ? Il ne se passe pas un jour, en effet, où nos douaniers, nos gendarmes et autres services de sécurité ne saisissent des quantités de kif traité provenant de pays et que le palais en est un actyeur important, puisqu’il en tire des dividendes au profit de la famille royale.

C’est dire que le Makhzen n’a pas encore digéré le refus d’Alger de rouvrir les frontières terrestres, que lui-même a commencé par verrouiller après les attentats de Marrakech en 1994, non sans accuser notre pays d’en être le commanditaire. Ce qui est bien entendu faux. En revanche on peut toujours se poser la question de savoir pourquoi le Maroc n’avait pas emprisonné Layada, l’ex-émir du GIA sur lequel il avait la main en voulant en faire une carte de pression sur l’Algérie. Pourquoi avait-il dans un premier temps refuser de l’extrader avant de céder après d’âpres négociations. On peut se demander aussi que de des trois pays du Maghreb, seul le royaume chérifien n’est pas touché par le terrorisme ? Autant de questions qui restent posées.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
01nov. 2013

Le consulat d’Algérie à Casablanca pris d’assaut La provocation marocaine

29oct. 2013

Alger-Rabat L’impossible entente

29avril 2016

Retour de la Minurso : Le Makhzen essuie un camouflet

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.