vendredi 26 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Mali : Alger veille à l’application de l’accord de paix Abonnez-vous au flux RSS des articles

15 mai 2016
14:41
0 commentaire M. Ramtane Lamamra.

L'Algérie investit son autorité dans l'avenir du Mali en tant qu'acteur important de la paix et de la stabilité dans tout l'espace sahélo-saharien, c’est ainsi que s’est exprimé le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra à l’occasion du premier anniversaire de l’accord d’Alger sur le Mali. 

 

Selon le chef de la diplomatie algérienne, qui a accordé un entretien à l’APS, « l'Algérie assume pleinement ses responsabilités de partie prenante au destin de l'espace sahélo-saharien, tout en assurant qu'Alger continue de veiller scrupuleusement à un rapprochement toujours plus grand et à une collaboration toujours plus confiante entre les parties maliennes, gage majeur du succès de la mise en œuvre de l'Accord. » Et M. Lamamra d’annoncer : « De nouvelles rencontres sont d'ores et déjà programmées pour l'ensemble de ces mécanismes dans les semaines qui viennent ». 

Le ministre a insisté sur le fait que l'Accord d'Alger a « bien défini toutes les voies que la complexité de la crise impose d'emprunter. Il importe que la communauté internationale aide toutes les parties maliennes à réaliser concrètement les chemins de l'avenir ». «Depuis les dates phares du 15 mai et du 20 juin 2015 (dates de signature de l'Accord), un long chemin a été parcouru et, grâce au travail sérieux et continu accompli et qui se poursuit sans relâche, malgré les obstacles rencontrés ici et là, des progrès tangibles ont été enregistrés dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d'Alger », a indiqué M. Lamamra.

La signature de l'Accord par la CMA a finalisé «la consécration de l'engagement de toutes les parties et augurant d'un avenir fait de paix et de réconciliation dans un Mali tourné vers le développement et la modernisation de son économie au profit de son peuple et dans un contexte de renforcement de son unité nationale et d’approfondissement de son processus démocratique pluraliste », a affirmé M. Lamamra.

Pour ce qui concerne, le suivi du processus de mise en œuvre de l'Accord, le Chef de la diplomatie a rappelé qu'il était assuré par un mécanisme, dont la mise en place est prévue par l'Accord lui-même, à savoir le Comité de Suivi de l’Accord (CSA), présidé par l'Algérie. « Quatre sous-comités thématiques, également prévus par l’Accord et dont l’Algérie assure la présidence en partage avec quatre organisations internationales, à savoir, l'Union africaine, l'Union européenne, la CEDEAO et la MINUSMA (au titre de l'ONU), contribuent de façon substantielle au suivi du processus de mise en œuvre de l’Accord », a-t-il ajouté.

L’Accord été signé à Bamako le 15 mai 2015 par le gouvernement malien et les mouvements composant la Plateforme. La Coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA), quant à elle, a signé l'Accord, le 20 juin 2015 à Bamako.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
20juin 2015

Conflit malien La CMA signe l'accord de paix et de réconciliation

01mars 2015

Crise malienne Un accord de paix et de réconciliation paraphé à Alger

27juin 2014

Dialogue inter-malien Le Conseil de sécurité salue les efforts de l'Algérie

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.