lundi 11 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Crise libyenne
La Grande-Bretagne contre l’intervention militaire Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 févr. 2015
12:59
0 commentaire Le secrétaire d'Etat britannique M. Philip Hammond

Le ministre des affaires étrangères de Commonwealth et de la Grande Bretagne et de l’Irlande du Nord M. Philip Hammond à indiqué que son pays partage entièrement la position de l’Algérie quant à la crise libyenne. Il plaide pour une solution politique à travers un dialogue inclusif comme cela le souhaite l’Algérie.  

 

M. Hammond qui s'exprimait dans une conférence de presse animée conjointement avec le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a relevé que l'objectif des efforts fournis à l'égard de la Libye consiste en la mise en place d'un gouvernement d'unité nationale qui sera « effectif » dans sa lutte contre le terrorisme.

« Nous ne pensons pas qu'une intervention militaire soit la solution pour régler la crise en Libye. Le but de tous les efforts déployés, est de permettre à la Libye d'installer un gouvernement d'unité nationale qui sera effectif dans sa lutte antiterroriste et empêchera le groupe terroriste « Daesh » de s'implanter sur le territoire libyen », a indiqué M. Hammond.

Il a tenu à rappeler que la Grande Bretagne et l'Algérie partageaient la «même position» quant à la résolution de la crise en Libye et soutenaient les initiatives conduites par les Nations Unies pour aboutir à «une solution politique basée sur un dialogue inclusif ».

Tout en réaffirmant la position de l’Algérie, Rmatane Lamamra a indiqué, pour sa part, que l’Algérie souhaite et travaille pour la construction en Libye « d’institutions démocratiques représentatives dans le cadre de l’unité nationale et l’intégrité territoriale ». M. Lamamra, qui insiste sur le caractère d’urgence que revête la situation actuelle en Libye, a précisé que l’Algérie et la Grande Bretagne travaillent ensemble « pour qu’un gouvernement d’union nationale soit mis en place par les différentes forces politiques libyennes dans les plus brefs délais».

A ce propos, il a souhaité que le « les efforts menés par l’envoyé spécial de l’ONU soit rapidement couronnés de succès », appelant par la même occasion toutes les bonnes volontés à soutenir les parties libyennes à trouver une solution politique à la crise.

Lamamra qui a réitéré la solidarité de l’Algérie avec l’Egypte suite à l’exécution de ses ressortissants en Libye a estimé que l’intervention militaire n’est pas la seule solution, des efforts économiques et sociaux peuvent également constituer un frein au développement du terrorisme dans le pays.

Sur le volet économique, et dans l’objectif de diversifier la coopération hors hydrocarbures, le secrétaire d’Etat Britannique a indiqué que son pays est prêt à accompagner les reformes économiques en Algérie notamment, celles ayant trait à l’amélioration du climat des affaires et au développement du marché financier. « Nous souhaitons être un partenaire dans la diversification de l’économie algérienne », a ajouté M. Hammond. 

 

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
14juil. 2014

Soutien des États voisins au peuple libyen Lamamra plaide pour une nouvelle approche

07mai 2017

La 11e réunion des pays voisins de la Libye prévue lundi à Alger

20sept. 2014

Crise en Libye Quand la solution passe par Alger

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.