lundi 20 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’Immigration clandestine «menace la sécurité national» Abonnez-vous au flux RSS des articles

10 juil. 2017
19:17
0 commentaire L'Algérie compte prendre des mesures

Ils ont été nombreux à réagir sur les réseaux sociaux aux propos d’Ahmed Ouyahia sur les Africains entrés en Algérie de manière illégale, allant jusqu’à le traiter de raciste.

 

Aujourd’hui, 10 juillet, avec des termes diplomatiques, Abdelkader Messahel n’en a pas moins emboîté le pas au secrétaire général du Rassemblement national démocratiques (RND)-qui ne déroge pas à la règle en matière de politique étrangère qui est du seul ressort du président de la République-en annonçant des mesures urgentes pour faire face à la migration clandestine.

«Une mafia organisée dont font partie des Algériens, encadre les opérations d’émigration clandestine vers l’Algérie», a déclaré M. Messahel, en soulignant les liens entre les réseaux de trafic d’êtres humains avec les groupes terroristes et le crime organisé. « Nous suivons de très près ce phénomène et l’Algérie est devenue un pays de destination pour les migrants clandestins subsahariens.» Tout en précisant, apparemment à l’adresse de ceux dont la défense des droits de l’homme est sélective, qu’il est du devoir de l’Algérie et de son gouvernement «de défendre la souveraineté nationale et la sécurité du pays.»

«Nous sommes souverains dans notre pays»

«Les Algériens sont connus pour leur hospitalité, mais ils sont jaloux de leur souveraineté nationale. Les lois algériennes interdisent l’immigration clandestine », a encore rappelé le chef de la diplomatie algérienne, en précisant que « 20 millions d’Africains » se déplacent illégalement en Afrique à cause de « la dureté du climat, du chômage, des conflits » et trouvent des difficultés à se rendre en Europe, en « raison de la fermeture des accès ». Selon le chef de la diplomatie algérienne, il y a 5 000 Africains dans les rangs des groupes terroristes dans le monde, ce qui est « un chiffre énorme ».

Abdelkader Messahel a également réagi aux déclarations de certaines ONG algériennes et étrangères, et quelques partis politiques en affirmant que «l'Algérie n'a pas de leçon à recevoir d'aucun individu, organisation ou parti politique, et ses enfants ont le devoir de la défendre", ajoutant que le gouvernement demeurait "vigilant".

Rappelons que le SG du RND et non moins directeur de cabinet du président de la République avait déclaré que les migrants africains entrés illégalement en Algérie constituaient une source de terrorisme et de propagation de drogue et il appartenait au gouvernement algérien de prendre des mesures idoines pour les régulariser, y compris en leur octroyant des permis de travail.

F. Ababsa

Sur le même sujet
23oct. 2017

Messahel : «Le Hashish finance le terrorisme»

05avril 2015

Sécurisation des frontières L'ANP intercepte 496 immigrants clandestins dans le sud

04juin 2015

3e round du dialogue inter-libyen Convergence autour d’un gouvernement d'union nationale

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.