mercredi 13 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Après les propos outrageants tenus par le MAE marocain contre l'Algérie
Alger répond à la dérive marocaine Abonnez-vous au flux RSS des articles

13 juil. 2014
01:58
0 commentaire Siège du ministère des Affaires étrangères

Le ministère des Affaires étrangères a qualifié les propos tenus jeudi dernier par le chef de la diplomatie marocaine à l’encontre de l’Algérie d’«outrancièrement insultantes» et d’« outrageants ».

 

L’Algérie, à travers le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, a vivement réagi aux graves allégations du chef de la diplomatie marocaine qui accuse Alger d'être « derrière » la récente désignation d'un envoyé spécial de l'Union africaine (UA) pour le Sahara occidental. Le MAE marocain qui semble excellé dans les déclarations calomnieuses et mensongères est allé cette fois-ci encore loin en utilisant des termes irrespectueux sortant même du langage diplomatique d’usage. Il avait qualifié de « minable » la position  de l’Algérie quant à la question sahraouie. Un dérapage verbal dont la finalité n’est autre que de tenter de maquiller ses échecs diplomatiques suite à la nomination de l'ancien président mozambicain Joaquim Chissano par l'Union Africaine en tant qu’« envoyé spécial » pour le Sahara Occidental.  

« L’Algérie, a-t-il fulminé, utilise tous les moyens financiers et logistiques pour contrecarrer les efforts du Maroc visant à trouver une résolution » au conflit. « La dernière chose a été la désignation de cet envoyé spécial de l’Union africaine. (…) Quand on voit les tentatives du régime algérien pour contrer nos efforts, nous constatons que les méthodes utilisées sont vraiment minables », a-t-il dit.

Comme l’on pouvait s’y attendre, la réaction d’Alger est sans appel. Dans une déclaration à l’APS, M. Benali Cherif a affirmé que « les propos irresponsables contre l'Algérie de hauts dirigeants gouvernementaux marocains renouent avec une pratique bien connue de fuite en avant que la partie marocaine remet au goût du jour à chaque fois que le processus du parachèvement de la décolonisation du Sahara occidental enregistre une avancée ». « De même qu'elles sont factuellement erronées, car se référant à des activités et à des positions politiques relevant d'entités et acteurs autres que l'Algérie, ces déclarations outrancièrement insultantes constituent une dérive et dénotent une frilosité qui ne siéent pas aux relations entre nos deux pays frères et voisins », a-t-il ajouté.

Alger estime que rien ne saurait justifier « ces excès verbaux » qui trouvent néanmoins leur origine dans « les déboires et déconvenues du Royaume du Maroc » dans le traitement de la question du Sahara occidental aux niveaux continental et universel.   

Habituée à ce genre de gesticulations et allégations, Alger estime en outre que « cette attitude de certaines autorités marocaines ne saurait réussir à induire en erreur, ni les peuples de la région ni la communauté internationale, qui sont en mesure d'établir les responsabilités dans l'impasse que connaît le processus de règlement du conflit du Sahara occidental, ainsi que dans les conséquences négatives qui en découlent », précise par ailleurs M.Benali Cherif tout en rappelant la position inébranlable de l’Algérie concernant le conflit sahraoui.

Ainsi, poursuit-il, Alger « ne peut que rejeter fermement les accusations fallacieuses émises par lesdits dirigeants marocains et regrette profondément un tel comportement qui heurte frontalement les valeurs que partagent les peuples algérien et marocain frères ».

H.M

Sur le même sujet
05mars 2016

Sahara occidental : la délicate mission de Ban-Ki-Moon

23nov. 2013

Sahara occidental : Barack Obama pour une solution ’’mutuellement acceptable’’

08nov. 2017

L’ONU réaffirme le mandat conféré à Kohler par le Conseil de sécurité

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.