jeudi 20 juillet 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Bensalah plebiscité, Belaïb porte-parole du parti
Le bureau du RND remanié sur fond de contestation Abonnez-vous au flux RSS des articles

17 janv. 2013
15:19
0 commentaire Une session extraordinaire dans deux mois

La session ordinaire du conseil national du RND s’est ouverte hier au siège de la mutuelle des travailleurs des matériaux de construction à Zéralda. Comme il fallait s’y attendre, Ahmed Ouyahia, démissionnaire le 3 janvier du poste de secrétaire général était absent. Tout comme Boubekeur Benbouzid et Abdesselam Bouchourab (malade). 

 

Il faut signaler que les travaux ont débuté avec beaucoup de retard. C’est dire si les négociations entre partisans d’Ahmed Ouyahia et ses adversaires étaient âpres sur la composition du bureau même si un accord avait été trouvé la veille du conseil national. Toutefois, des noms comme celui d’Abdelkrim Harchaoui et Bouzghoub, réputé très proche de l’ex-secrétaire général, ont été dans un premier temps récusés par les membres de cette instance dirigeante entre deux congrès.

Cependant, Bensalah qui a été plébiscité comme successeur par intérim à l’ex-secrétaire général, et réputé maître dans la gestion des conflits de cette nature a réussi à arracher le consensus. Ainsi, les deux parties se sont entendues sur un bureau composé à égalité par 4 partisans et 4 contestataires. Il s’agit pour les premiers, d’Abdelkader Harchaoui, Mohamed Tahar Bouzghoub, Rezgui Ali et Abdelkader Malki. Yahia Guidoum, Hammi Laroussi, Tayab Zitouni et l’ex-ministre du Commerce Bakhti Belaïb à l’époque du président Zeroual, désigné également porte-parole du parti. Ce bureau aura à gérer les affaires du parti jusqu’au prochain congrès. Entretemps, une session extraordinaire du conseil national se tiendra dans deux mois pour mettre en place la commission de préparation du congrès.

« Autant garder Ouyahia »

La composante de bureau de transition n’a pas été du goût de tout le monde, notamment en ce qui concerne le maintien de MM. Harchaoui et Bouzghoub. « Si c’est le changement, il aurait fallu garder Ahmed Ouyahia, lancera un membre du conseil national. A l’intérieur de la salle où les travaux se sont tenus à huis clos, Bensalah a géré la séance de main de maître.

Il a même donné la réplique aux contestataires qui voulaient également que les coordinateurs des wilayas soient remerciés sur le champ. « Personne ne part. Tout le monde reste en place jusqu’au congrès », avait-il déclaré sur un ton ferme, à la limite de la menace de quitter la salle. Tout cela, signifie que la crise qui secoue ce parti, et jamais égalée, est plus profonde qu’on ne le pense.

Le nouveaux SG par intérim l’a laissé entendre dans son discours immédiatement après l’ouverture des travaux par Chérif Abbès. On sentait que Bensalah redoutait qu’un imprévu ne surgisse et que le Conseil ne se termine par des rixes entre militants. A telle enseigne qu’il a déclaré « je n’ai pas droit à l’erreur et j’ai peu de faire des lapsus ».

Il donnera, dans un premier temps lecture de son discours, avant de s’exprimer librement en faisant état de la grave crise qui ébranle le parti. Et pour justifier et sa désignation et celle de la composante du bureau il précisera : « On ne peut pas satisfaire tout le monde ». Et que de toutes les manières, ce sont des instances transitoires. « Jusqu’à la tenue du congrès, chaque tâche qui est confiée à l’in de nous est éminemment technique ». Comme pour signifier que ce ne sont pas des postes politiques.

Faouzia Ababsa

Mots-clés
Sur le même sujet
24déc. 2013

Il a été plébiscité avant l’ouverture des assises Bensalah à la tête du RND

28déc. 2013

Ouyahia et et ses partisans contrôlent le conseil national du RND Échec cuisant pour les redresseurs

15janv. 2013

Sa démission est effective à compter d’aujourd’hui Ouyahia n’est plus SG du RND

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.