jeudi 23 mars 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

62 personnes plus riches que 50% de la population mondiale Abonnez-vous au flux RSS des articles

18 janv. 2016
13:18
0 commentaire L’évasion fiscale estimée à 100 milliards $

un rapport de l’association non gouvernementale OXFAM montre que le patrimoine des 62 premières fortunes mondiales a augmenté de plus de 500 milliards de dollars pour atteindre un total de 1 760 milliards, alors que le patrimoine de la moitié la plus pauvre de la population mondiale s’est réduit de mille milliards de dollars depuis 2010. 

 

Cette baisse s’est produite alors même que la population mondiale augmentait de 400 millions de personnes. Ainsi, l’écart entre la frange la plus riche et le reste de la population s’est creusé de façon spectaculaire au cours des douze derniers mois. Selon Oxfam, les 1 % possèdent plus que le reste du monde dès la fin 2015 (un an plus tôt que ses prévisions). Dans le même temps, les inégalités frappent les femmes de manière disproportionnée, puisqu’elles sont seulement neuf femmes contre 53 hommes parmi ces grandes fortunes.

L’ONG explique ce phénomène par les fuites fiscales. "Les multinationales et les grandes fortunes ne suivent pas les mêmes règles que l’ensemble de la population, refusant de payer les impôts. 118 grandes entreprises sur 201 sont présentes dans au moins un paradis fiscal", et ce, en dépit des recommandations du G20 2015, pur mettre un frein à l’évasion fiscale.

Le rapport estime que 7 600 milliards de dollars de capitaux privés sont détenus dans des comptes offshore, ce qui représente un douzième de la richesse mondiale. Si des impôts étaient payés sur les revenus générés par ces avoirs, les États disposeraient de 190 milliards de dollars de plus par an.

Selon les mêmes estimations, 30 % des avoirs financiers africains seraient placés sur des comptes offshores, ce qui représente un manque à gagner fiscal de 14 milliards de dollars par an pour le continent. Cette somme suffirait à couvrir les soins de santé maternelle et infantile qui pourraient sauver 4 millions d’enfants par an.

D’autre part, neuf entreprises partenaires du Forum économique mondial sur dix sont présentes dans au moins un paradis fiscal, alors que l’évasion fiscale des multinationales coûterait au moins 100 milliards de dollars par an aux pays en développement. Les investissements privés dans les paradis fiscaux ont pratiquement quadruplé entre 2000 et 2014.

Il est noté, par ailleurs, que même si le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté a diminué de moitié entre 1990 et 2010, le revenu annuel moyen des 10 % les plus pauvres a augmenté de moins de 3 dollars par an au cours du dernier quart de siècle. Cela revient à une augmentation quotidienne du revenu d’un cent, par personnes. 200 millions de personnes supplémentaires auraient pu sortir de la pauvreté, si plus d’efforts ont été consentis.

A signaler, enfin, que le rapport d’Oxfam intervient à la veille de la tenue du forum économique de Davos, qui aura pour thème «la maitrise de la quatrième révolution industrielle ». La réunion aura à débattre, entres de la sécurité, le changement climatique, la croissance et les prix des matières premières.

L. A

Sur le même sujet
23janv. 2016

Davos en panne de solutions

12mai 2013

Evasion fiscale Ouverture d'une vaste enquête internationale

25févr. 2016

Le FMI plaide pour un système fiscal mondial unifié

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.