mardi 19 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Hôtels et complexes touristiques publics d’Alger
Des fantômes venus d’ailleurs Abonnez-vous au flux RSS des articles

20 sept. 2014
16:00

L’ Aletti où descendait le prince Albert, le Casif, monument de l’architecture moderne et lieu de plaisance par excellence, El Marsa ou encore le Cet qui fut presque synonyme de bien-être, sombrent tout doucement dans l’abîme de l’indifférence.Des établissements, jadis bijoux du tourisme balnéaire, ont fait les frais de décisions hâtives ou, du moins, précipitées pour être refilés à des repreneurs qui n’en ont pas voulu, dans la foulée des privatisations à tout va.

 En cette période estivale et au pic de la haute saison, il est plus que regrettable de constater de visu que les cafards rôdent

 L’ECO consacre son dossier central sur l’état des lieux des hôtels en Algérie pour mieux expliquer le déclin du secteur du tourisme, dont ces établissements constituent la devanture, et revenir avec le constat d’une réalité qui contraste avec le discours optimiste de développer le secteur

 C’est, du moins, pas dans l’immédiat. Il faudra attendre que les opérations de réhabilitation à coup de milliards de dinars soient terminées, pour présager des capacités d’accueils conséquentes et d’une autre façon de gérer plus que rigoureuse

 Avec l’aimable collaboration des services de contrôle du ministère du commerce, nos équipes ont pu voir de l’intérieur ce qui ne va pas mais aussi constater au passage avec satisfaction tous les bienfaits de la réhabilitation d’El Aurassi qui a été le premier à bénéficier du financement de l’Etat pour sa remise en état

 Gageons sur le retour d’investissement pour les autres structures hôtelières bénéficiaires de ce programme pour redonner vie à ces entités touristiques, ce n’est qu’à partir de là qu’il faudra réfléchir sur la nature du tourisme qu’il nous faudra

Sur le même sujet
13janv. 2013

Infrastructures hôtelières Un déficit énorme

06janv. 2016

Le foncier industriel, sera réglé avant Juin

14oct. 2012

En raison de difficultés administratives et financières 300 projets touristiques à l’arrêt

À voir aussi

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.