lundi 11 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Selon une enquête réalisée par l’ONS entre avril et septembre 2014
Le chômage atteint 10,6% en Algérie Abonnez-vous au flux RSS des articles

12 janv. 2015
14:53
0 commentaire Le taux a enregistré une hausse de 0,8 point

Alors qu’il avait stagné autour de 9,8% pendant plusieurs années (2009-2013), ce dont le gouvernement via son ministère du Travail s’enorgueillit, voilà qu’une enquête réalisée par l’Office national des statistiques, menée entre avril et septembre de l’année dernière, révèle que le taux de chômage est passé à 10,6%, soit l’équivalent de 1,214 million de chômeurs, dont 25% se comptent chez les jeunes et plus de 16% chez les universitaires.

 

« Ces nouvelles statistiques proviennent des résultats de deux enquêtes sur l'emploi auprès des ménages réalisées par l'ONS en avril et septembre derniers, une nouvelle approche permettant de prendre en considération les fluctuations saisonnières de l'activité économique, et ce, pour une meilleure appréhension du marché de travail », a indiqué la directrice des statistiques de la population et de l'emploi auprès de l’office, Mme Amel Lekhal.

Le taux de chômage chez les hommes est de 9,2%, tandis que chez les femmes il est de 17,1%. Avec cette précision que beaucoup de femmes ne sont pas recensées comme chômeuses, car ne s’étant pas inscrites dans les structures compétentes.

Par ailleurs, un jeune sur quatre est actif. Soit un taux de chômage de 25% chez ceux âgés entre 16 et 24 ans, toujours selon les résultats de l’enquête réalisée par l’ONS auprès de 21.502 ménages.

L’Office justifie cette augmentation du taux de chômage global par la hausse du nombre de diplômés qui peinent à trouver un emploi, dont la plupart sont des universitaires.

Après avoir connu une baisse sensible durant la période 2010-2013, passant de 21,4% à 14,3% pour atteindre 13% en avril 2014, le taux de chômage des diplômés de l'enseignement supérieur a connu une augmentation en septembre dernier pour atteindre 16,4% avec des disparités significatives en genre : 10,9% pour les hommes et 22,1% pour les femmes, d’après Amel Lakhal. Ce qui signifie qu’il existe une certaine discrimination à l’emploi, dont sont victimes les femmes.

Par ailleurs, et au moment où les entreprises crient au manque de main-d’œuvre qualifiée, l’enquête de l’ONS a établi que le chômage chez les  diplômés des instituts de formation professionnelle a enregistré une hausse de 0,8 point à 12,7% en septembre dernier par rapport à avril, alors que chez les personnes sans qualification, le taux a connu une légère hausse de 0,2 point avec 2,7%.

La directrice des statistiques de la population et de l'emploi auprès de l’office a précisé que le taux de chômage en milieu urbain reste le plus important avec 11,4% (886.000 personnes), tandis que celui en zone rurale est de 8,9% (328.000 personnes). Ce qui signifie qu’en moyenne, un chômeur sur trois est à la recherche d’un emploi depuis moins d’une année (36,8%).

La même enquête révèle que 549.000 personnes ont perdu leur emploi puisqu’ils avaient occupé des postes d’emploi auparavant. Ce qui représente 45,2% de la population au chômage. Il s’agit en fait de salariés recrutés par contrats à durée déterminée, particulièrement dans le secteur privé et qui n’ont pas été renouvelés.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
26août 2012

Durant l'année 2011 Le taux de chômage a atteint 10%

14janv. 2017

Le taux de chômage en hausse en septembre 2016

19août 2014

Il était à 14,3% au mois de septembre 2013 Baisse du taux de chômage des diplômés à 13%

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.