mardi 22 août 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Une stratégie pour contrer les effets de la sècheresse

14 sept. 2014
19:24

Une stratégie destinée à mettre fin au stress hydrique né des effets de la sècheresse a été mise en place, a annoncé, dimanche à Souk Ahras, le ministre des ressources en eau, M.Hocine Necib.

Cette stratégie s'appuie sur la mobilisation des eaux superficielles et sur la diversification de l'origine de la ressource, a précisé le ministre lors de la présentation, sur le chantier du barrage de Oued Djedra (3 km au nord du chef-lieu de cette wilaya), de l'opération de réhabilitation du réseau d'alimentation en eau potable (AEP) de la ville de Souk Ahras et des centres urbains environnants.

Les efforts déployés par l'Etat en matière de ressources hydriques sont illustrés par la construction, depuis 2000, de 40 barrages et de 9 stations de dessalement de l'eau de mer donnant 1,5 million de m3/jour, a souligné M. Necib.

Des efforts- a-t-il ajouté- qui se poursuivront durant le prochain programme quinquennal (2015-2019) pour satisfaire les besoins des populations en eau potable par, notamment, l'amélioration du service public de l'eau qui constitue l'une des priorités du secteur, lequel s'emploiera également à poursuivre la construction des barrages et la réhabilitation des réseaux d'AEP et d'assainissement.

Sur le site du chantier de construction du barrage de Oued Djedra, lancé en travaux en 2012, le ministre a annoncé un "plan d'urgence de rattrapage" du retard d'une année consommé sur ce projet qui accuse un taux d'avancement de 20 pour cent.

Insistant sur la nécessité d'organiser le travail en 3 x 8, M. Necib a demandé à l'entreprise chargée de la construction de cet ouvrage (Cosider) de "prendre les dispositions utiles pour respecter le délai de réalisation et de veiller à la qualité des travaux".

Le futur barrage de Oued Djedra (35 millions de m3) est également destiné à desserrer la pression sur l'ouvrage de Ain Dalia (96 millions de m3 de capacité pour 35 millions de m3 actuellement stockés) qui alimente en eau potable les communes de Souk Ahras, de Machrouha et de Ouled Idriss, a-t-on expliqué sur place.

Le ministre des Ressources en eau a par ailleurs évoqué l'accompagnement par son secteur des projets agricoles par l'extension des superficies irriguées qui doivent atteindre un million d’hectares. Il a été rappelé, à ce propos, sur le site du périmètre irrigué de Sedrata  que sa surface, qui était de 1.500 hectares, atteint aujoud’hui les 2.200 ha.

M. Necib s'est également rendu à Bir Louhichi, dans la commune de Heddada, où il a inspecté le projet de jonction des forages destinés à l'AEP des zones frontalières.

Le projet du barrage de Oued Mellègue, dont le taux d'avancement est de l'ordre de 65 pour cent, a également été inspecté par le ministre. Cet ouvrage, conçu pour retenir 150 millions de m3, devra assurer l'AEP de la région nord d’Ouenza (Tébessa) et alimenter le futur complexe de transformation du phosphate de Oued Kebrit.

S'agissant de l'opération de réhabilitation du réseau d'AEP de Souk Ahras, destiné à la résolution du problème posé par la déperdition de 40 à 50 pour cent d'eau, et dont la première phase, conduite sur un linéaire de 92 km est achevée en attendant la livraison de la seconde d'ici à la fin de l’année, le ministre a rappelé que cette action permettra d'économiser un volume de 12.000 m3/jour.

Le ministre a demandé, lors d'un exposé consacré à cette opération, à associer les micro-entreprises créées par les jeunes, dans le cadre des dispositifs de soutien à l'emploi, à ce type de travaux au titre de marchés de gré à gré.

Source APS

Sur le même sujet
18sept. 2014

Le barrage de Tabellout (Jijel) réceptionné en juin 2015

07oct. 2013

Vers la réalisation à El Marsa (Skikda) d’une station monobloc de dessalement d’eau de mer

31août 2014

Transfert des eaux du Sud algérien vers les Hauts plateaux : Les études techniques achevées avant fin 2014

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.