jeudi 29 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Message du Président à l'occasion du 60e anniversaire de la Journée nationale de l'étudiant

18 mai 2016
14:16

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé mercredi un message à l'occasion de la célébration du 60e anniversaire de la Journée nationale de l'étudiant.Le président de la République, 

"Mesdames et Messieurs,

 Ce jour mémorable, comme beaucoup d'autres tout aussi glorieux de l'histoire de l'Algérie, a porté et porte, soixante années après, une forte symbolique avant et après l'indépendance. Il représente l'un des hauts faits de notre glorieuse révolution qui reste, elle, gravée dans la mémoire du peuple algérien tout entier tant elle constitue un évènement grandiose qui a ébranlé les fondements mêmes de l'entité coloniale. Cela n'aurait été possible sans le soulèvement, un 1er novembre, de toutes les catégories du peuple vaillant pour enclencher une révolution qui lui a valu victoire et gloire. Elle reste à ce jour, une étape des plus éclatantes du combat des peuples pour l'indépendance. Une révolution qui s'en est allée, rayonnante et forte, grâce au ralliement de l'avant-garde intellectuelle à ses rangs.       

Si le soulèvement des élèves et des étudiants reste une date que l'histoire retiendra, tous les jeunes, en réalité, portaient sa cause en eux, ceux qui ont fait éclater la révolution de novembre et ceux qui s'impatientaient sur les bancs des écoles, d'aller affronter le colonialisme à l'instar de tous les enfants d'Algérie. Une seule conviction : leur vie ne valait pas plus chère que celle de leurs frères et le savoir et la science demeuraient sans impact aucun en l'absence de liberté, de souveraineté et de dignité.

 Mesdames et Messieurs,

 Si cet évènement a eu le plus grand effet sur l'évolution de l'action armée, diplomatique et politique de l'époque, il aura donné à la révolution une place prépondérante dans les fora internationaux qui lui a permis de drainer soutien et sympathie de tous les hommes libres de par le monde, peuples et gouvernements.

La grandeur de ce jour réside aussi dans le fait d'avoir fait jaillir avec impétuosité, la prise de conscience et la volonté des jeunes et démontrer que les grandes réalisations ne se mesuraient point par le nombre des années. Il est désormais établi que toutes les fois où la maturité et les causes justes se côtoient, un miracle arrivera inexorablement.

Ainsi, l'adhésion de tout ce que possédait le peuple comme potentialités intellectuelles et scientifiques à la révolution est digne d'être considérée comme la troisième étape historique de la révolution après son déclenchement le 1er novembre 1954 et les évènements du 20 août 1955.

Elle lui aura donné un souffle nouveau et rompu toutes les tentatives des forces coloniales qui ne cessaient de miser sur l'acquisition de l'élite algérienne intellectuelle pour en faire un modèle qui aidera à convaincre le reste des Algériens d'accepter l'intégration qui leur était proposée en ce temps.

Nul doute que le sens élevé du devoir envers la patrie avait raffermi les jeunes révoltés dans leur sacrifice, leur patience et leur résistance. Ils ont rejoint les rangs de la lutte armée sans mesurer les inégalités de force et les déséquilibres entre une force mondiale dénuée de tout scrupule moral ou humanitaire quant à l'usage de son arsenal d'extermination collective et de politique de la terre brûlée ainsi que la dénaturation des faits au plan médiatique, et la conviction de la justesse de la cause et la confiance en le verdict de l'histoire quand il vient à s'associer à la ferme volonté et l'inébranlable  détermination de triompher sans se soucier des sacrifices à consentir. C'est là même le message qu'avait perçu et adopté le peuple qui a accueilli moralement et matériellement la révolution allant jusqu'à consentir avec foi et honneur, des sacrifices à la limite du supportable. 

 Des sacrifices qui ont effrité l'arrogance démesurée de l'ennemi et pulvérisé les desseins du mal et les plans des tyrans colonialistes qui se sont illusionnés sur l'acquisition irréversible de l'Algérie. Il est capital aussi de rappeler que l'élan des élèves et des étudiants de rejoindre les rangs de la lutte avait pourvu la révolution de jeunes compétences, toutes spécialités confondues. Cet élan a eu le plus magnifique des impacts sur le parachèvement des conditions de la victoire tant attendue. La mobilisation des étudiants, filles et garçons, a doté la révolution de ce dont elle avait le plus besoin en termes de compétences techniques en matière de maintenance des armes, de fabrication des bombes, de santé, de propagande, d'information, de communication et autres domaines.

De même qu'elle a permis à l'Etat algérien indépendant de se doter de ses premières promotions de cadres, forts de leur savoir et pétris de nationalisme et de leur expérience révolutionnaire. Des facteurs qui ont fortement contribué à la réédification de l'Etat et à l'enclenchement du développement dans un contexte de défis périlleux que l'Algérie se devait de relever à l'époque.

Il convient de rappeler ici que les premiers cadres de la diplomatie algérienne faisaient partie de ces étudiants qui ont répondu à l'appel de la Révolution et rejoint ses rangs. En effet, ce legs moral et symbolique et cette expérience ancrée dans la conscience collective de notre Nation constituent le socle de sécurité et la véritable richesse sans laquelle les nations seraient dans l'incapacité de préserver leur unité, aller de l'avant dans leur développement et défendre leur dignité et leur souveraineté.

La meilleure illustration reste incontestablement la réussite de notre pays quant au traitement, par la sagesse, la patience et le courage, de la tragédie qu'il a vécu dans les années quatre-vingt-dix du siècle dernier. Des vertus inspirées des valeurs que nous a inculqué la glorieuse Guerre de Libération.

La paix, la concorde et la réconciliation ont triomphé grâce au peuple, sur les tueries, la haine et la rancœur et c'est avec la même volonté, détermination et conscience que notre peuple fera face à tous les défis à travers l'édification de l'Etat de Droit sur des bases objectives et des fondements constitutionnels. Un Etat ou les institutions du peuple seront l'arbitre et la référence qui définissent l'avenir de la Nation.

Mesdames et Messieurs,

       

L'Algérie indépendante a tenu à ce que l'acquisition du savoir et des sciences par ses enfants soit un défi en tête de ses priorités comme une revanche sur la privation de notre peuple du savoir durant la période du colonialisme tyrannique et par le souci d'armer les générations futures de sciences et de savoir pour leur permettre de contribuer largement à la grande bataille, celle de l'édification et du développement.

En effet, la plus grande réalisation de l'Algérie indépendante demeure la formation dispensée à ses enfants tout au long des décennies depuis son indépendance. La fréquentation de ses écoles, instituts, centres de formation et universités au quotidien par un quart de sa population, en dépit de la conjoncture financière difficile qu'elle traverse du fait de la baisse considérable des cours du pétrole sur le marché international, en est la preuve la plus éloquente.

Aujourd'hui plus que jamais, il est temps que notre jeunesse en général et notre élite en particulier se mobilisent pour être à l'avant-garde de l'édification d'une économie affranchie de la dépendance excessive aux hydrocarbures et pour que nous puissions assurer la poursuite du processus de développement socio-économique qui a franchi jusque-là un parcours remarquable.

Je vous exhorte, enfants de l'Algérie, à réagir dans un même élan que vos ancêtres lors de la victorieuse Guerre de Libération et à être déterminés à relever ce défi au mieux de votre avenir et au service de la prospérité de votre peuple, la préservation de l'indépendance de votre patrie. Une indépendance dont la consolidation et la préservation passent par l'autonomie financière et économique de notre pays et par la capacité de l'Algérie à faire face à l'impitoyable concurrence internationale et à occuper la place qui lui sied dans le concert des nations, une place à la hauteur de ses capacités matérielles, économiques et surtout humaines.

En conclusion, et tout en nourrissant l'espoir que vous soyez et demeuriez les dignes descendants de vos ancêtres, je vous félicite, étudiantes et étudiants, en votre fête nationale et vous souhaite un avenir radieux dans une Algérie sereine, chérie par vous et fière de la gloire et la réussite que vous lui garantissez".

APS

Sur le même sujet
19mai 2017

Message du Président Bouteflika aux étudiants

20août 2015

Texte intégral du message du président de la République

19mars 2017

Fête de la victoire : message du président de la République (texte intégral)

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.