dimanche 25 février 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Selon le ministre des Finances
Les exonérations fiscales sont de 450 milliards DA

19 mar 2013
13:12

 

La masse salariale prise en charge par le budget de l’Etat est estimée à 2.600  milliards DA en 2013 (plus de 34 milliards de dollars) alors que les transferts sociaux atteignent 1.300 milliards DA (17 milliards de dollars), a indiqué mardi à Alger le ministre des Finances Karim Djoudi.

"Nous voulons assurer une relative stabilité des dépenses de fonctionnement pour que la masse salariale soit limitée, sous peine d’avoir des poussées inflationnistes additionnelles que nous ne souhaitons pas", a-t-il déclaré à la Radio nationale.

Fin 2012, le ministre avait assuré que la prudence budgétaire prônée par l’Algérie se traduirait par le renforcement de la fiscalité ordinaire mais ne ferait en aucun cas appel à la réduction des transferts sociaux, du soutien des prix ou encore de la masse salariale.

A la question de savoir si le gouvernement allait réviser l’IRG (Impôt sur le revenu global), M. Djoudi a répondu: "on demande aux pouvoirs publics de dépenser plus, de percevoir moins de recettes et d’assurer les équilibres internes et externes et c’est contraignant!".

Et avec des exonérations fiscales annuelles de 450 milliards DA, le taux de l’IRG ne peut pas être à son tour réduit, a-t-il dit.Evoquant la politique de subvention, M. Djoudi a rappelé que son ministère œuvrait à quantifier les subventions directes et indirectes pour voir dans quelle mesure le gouvernement pourrait procéder à un "ciblage" de ces subventions.

La loi de finances pour 2013 consacre 4.335,6 milliards DA pour les dépenses de fonctionnement, un montant inférieur de 12% par rapport à 2012. Ces dépenses auraient été en hausse seulement de 3% si l’on enlevait le montant des rappels des salaires consacré pour 2012 et qui n’est pas reconduit pour 2013. La fonction publique emploie près de 2 millions de personnes actuellement, soit près de 20% de la population employée en Algérie.

Source APS

Sur le même sujet
08juil. 2012

Karim Djoudi au sujet de la politique de rigueur «Les salaires ne seront pas touchés»

27nov. 2012

Conséquence de l’augmentation des salaires en 2012 422 milliards versés au Trésor public

04oct. 2012

Une hausse des dépenses de 3% dans la PLF 2013 La restriction budgétaire exclue

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.