lundi 20 août 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les demandeurs d’asile politique au Royaume-Uni risquent l’expulsion

10 mars 2017
16:45

Les réfugiés au Royaume-Uni demandeurs d’asile politique, risquent d’être renvoyés dans leurs pays s’il s’avère que ce dernier ne représente plus aucun danger sur leur vie, a rapporté vendredi le quotidien britannique, le Guardian.

 

Le ministère britannique de l’intérieur, le Home Office, a adopté une nouvelle politique pour l’octroi de résidence permanente parmi les demandeurs d’asile initialement, consistant à les renvoyer au pays d’origine, s’il ne représente plus de risques sur leur vie, après cinq ans, selon le journal, précisant que "le renvoi se fera sur la base de l’étude du dossier pour évaluer le besoin de protection et l’examen de la situation sécuritaire du pays du demandeur d’asile." Selon le Guardian, des dizaines de milliers de réfugiés qui ont demandé une résidence permanente au Home Office, vont faire l’objet d’une enquête officielle pour déterminer si leur retour chez eux ne poserait aucun danger et s’ils ont encore besoin ou non, de protection, en vertu de nouvelles instructions du Home Office. Il est souligné que l’instruction a été donnée jeudi, et prend effet immédiatement.

En 2015, dans une intervention au congrès du parti conservateur, la première ministre britannique Theresa May, alors ministre de l’intérieur, avait déjà évoqué la question de renvoyer chez eux, les réfugiés politiques qui n’ont plus besoin de protection à la fin du délai de leur statut temporaire, valide pour cinq années. Les personnes qui n’ont plus besoin de protection seront expulsées du pays. En attendant, elles n’auront plus la possibilité de travailler et d’avoir accès aux prestations sociales, et seront considérés en situation irrégulière. Le Home office explique sur son site web que sa nouvelle politique sur les demandeurs d’asile politique est conçue pour "répondre aux obligations internationales" du Royaume-Uni sur les réfugiés, en accordant le statut de réfugié pendant une période limitée à ceux qui ont besoin de protection. Il affirme que la protection continuera d’être assurée pour ceux qui en ont besoin, "aussi longtemps que cela est nécessaire", mais que ceux qui n’ont plus besoin de protection devront quitter le Royaume-Uni ou fournir un dossier pour une demande autre qu’un asile politique. La directrice du "Refugee Council", l’organisation britannique d’aide aux réfugiés et demandeurs d’asile, Lisa Doyle, citée par le Guardian, a critiqué cette nouvelle politique, estimant qu’elle mettra les réfugiés dans la crainte permanente de se voir expulser, s’ils ne peuvent pas reconstituer leur dossier de demande d’asile.

"Examiner les demandes après cinq ans sera un cauchemar coûteux, bureaucratique et inutile, qui ignore complètement le fait que de nombreux réfugiés veulent désespérément rentrer chez eux de leur plein gré quand leur pays sera plus sur", a-t- elle dit. L’avocat en droit de l’immigration, Colin Yeo, a expliqué que la politique précédente, mise en place en 2005, accordait l’asile pour une période limitée après laquelle un droit de résidence permanente était accordé systématiquement. Les exceptions citées par la loi concernaient les cas impliqués dans des crimes ou lorsque le Home Office déclare que les réfugiés d’un pays donné n’avaient plus besoin de protection.        Au cours des cinq dernières années, plus de 59.000 réfugiés ont bénéficié d’asile politique au Royaume-Uni. Ils devront tous faire l’objet d’enquête avant de prétendre à un droit de résidence permanente. Selon les chiffres officiels, depuis 2010, 100 000 réfugiés ont obtenu une résidence permanente au Royaume-Uni.

APS

Sur le même sujet
25avril 2017

Des réfugiés risquent le SDF au Royaume-Uni

08janv. 2018

France: les demandes d'asile en hausse de 17% à en 2017

20juin 2016

Les demandes d’asile augmenteront de 72%

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.