mercredi 13 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L'Accord d'association avec l’UE n'a pas eu l'effet escompté

23 nov. 2014
16:21

L'accord d'association Algérie-UE n'a pas eu l'effet escompté de promouvoir les exportations hors-hydrocarbures et d'attirer les investissements étrangers, a affirmé le ministre du Commerce, Amara Benyounes, dans un entretien accordé à une revue du Parlement européen.

Près de dix (10) années après son entrée en vigueur, l'accord d'association Algérie-UE "n'a pas eu l'effet escompté, celui de promouvoir les exportations hors hydrocarbures et d'attirer les investissements directs étrangers (IDE), qui constituent pour l'Algérie deux objectifs motivant la conclusion de tout accord de libre-échange", a relevé le ministre dans cette interview parue dans le dernier numéro de "The Parliament Magazine".

Pour M. Benyounes, trois faits majeurs ont marqué les échanges commerciaux algériens avec l'UE depuis la mise en oeuvre de l'accord en 2005.

Il s'agit, selon lui, d'un "déséquilibre structurel" de la balance commerciale hors-hydrocarbures en faveur de l'UE avec un attrait "timide" des IDE européens, notamment ceux orientés vers l'exportation dans les branches industrielles et filières agroalimentaires.

Il a, ainsi, constaté que l'UE consolidait, depuis l'entrée en vigueur de cet accord, sa part du marché dans les importations algériennes, soit 52% en moyenne annuelle, et ce, malgré la concurrence ardue des produits du reste du monde.

Pour le ministre, une "analyse approfondie" est nécessaire pour dégager une "démarche cohérente et de rigueur" afin de faire évoluer cet accord vers un accord dynamique reflétant les objectifs de la politique économique algérienne.

En 2013, l'Algérie a importé auprès de l'UE pour 28,5 milliards de dollars et exporté pour 42,7 milliards de dollars.

Concernant les exportations hors-hydrocarbures, le montant est passé de 552 millions de dollars en 2005 à 1,5 milliard de dollars en 2013, et sont constituées essentiellement des produits dérivés des mines et de l'énergie.

M. Benyounes a considéré que les multiples facteurs à l'origine de ce bilan étaient "endogènes et exogènes".

Tout en admettant que les facteurs internes sont liés à l'offre, il a, cependant, souligné que des facteurs externes "découragent" et, parfois, "freinent" les exportations algériennes.

Ces facteurs se résument notamment dans les conditions techniques et réglementaires "de plus en plus exigeantes et difficilement maîtrisables" par les opérateurs économiques algériens pour accéder au marché européen, ainsi que dans l'absence de connexion entre les PME algériennes et européennes pour favoriser les exportations.

IL s'agit aussi du manque d'investissements européens tournés vers l'exportation à destination du marché européen ou de proximité et, également, de l'érosion des préférences accordées par l'UE à l'Algérie dans le cadre des accords de libre-échange conclus par l'UE.

Le ministre a jugé que compte tenu de tous ces éléments et de la dynamique que connaît l'économie algérienne depuis une décennie, l'accord d'association, signé en décembre 2001, ne reflète plus les données économiques internes et le contexte économique régional et mondial.

Source APS

Sur le même sujet
18avril 2012

Mustapha Benbada, ministre du Commerce s’explique sur le démantèlement tarifaire «Ce n’est pas le seul moyen de sauver l’outil de production»

09juin 2013

Importations en franchise de l'UE et de la ZALE: Près de 17.200 dossiers validés

21juin 2016

Les exportations vers l’UE peinent à décoller

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.