mardi 28 mars 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Marché public: Duel entre deux entreprises Abonnez-vous au flux RSS des articles

14 mars 2017
09:44
0 commentaire Le marché n'a pas encore été attribué

L’appel d’offre lancé par Algérie Poste pour l’acquisition de 200 scooters et 300 vélos a suscité encore une polémique à laquelle se sont livrées deux entreprises, l'une privée l'autre publique via le syndicat.  

 

Les deux soumissionnaires à cette offre, sont la Sarl VMS Industrie (privée) et CYCMA de Guelma (publique). Les syndicalistes de l’entreprise publique accusent l’administration d’Algérie Poste de favoriser la Sarl VMS. 

Sur ce sujet, le député du PT, Smain Kouadria, contacté par téléphone a dénoncé des «manœuvres dangereuses dans le but inavoué d'écarter CYCMA » de l’appel d’offre, tout en accusant l’administration centrale d’Algérie Poste d’être à l’origine de ces manœuvres et qu'il accuse de favoritisme. Pour lui, l’administration d’AP utilise tous les subterfuges pour détourner le marché au profit d'une entreprise privée spécialisée dans le montage dénommée VMS. « Je n’ai pas de problème avec l’entreprise VMS, mais je suis député de la circonscription de Guelma, alors je tiens à défendre les entreprises de la région », a-t-il dit.

Notre interlocuteur dira encore que selon les documents dont il a eu connaissance, l’entreprise publique CYCMA a eu le marché au regard de son offre très satisfaisante en terme de prix, de qualité et de disponibilité. « A titre d’exemple, le prix unitaire d’un scooter proposé par SYCMA est à 201,000 dinars alors que celui offert par VMS est à 270,000 dinars », a-t-il dit et d’ajouter « Comment se fait-il, l’entreprise VMS importe 700 scooters en pièces détachés et les sous-traite chez CYCMA ? Ce n’est pas normal ».

Pour sa part, le gérant de la Sarl VMS Industrie, créée en 2014, spécialisée dans la fabrication de cycles et motocycles, fabrication de pièces détachées et réparation, a tenu à se défendre en rejetant toutes les accusations du député de Guelma. « La SARL VMS industrie répond aux spéficités et exigences du cahier des charges du ministère de l'industrie et des mines. Notre unité de production est située dans la zone d'activité de Hellouane Ifri Ouzellaguen, elle est dotée de deux chaînes de production, un atelier de soudure et un atelier de peinture et employant un personnel qualifié de 62 techniciens et ingénieurs et 5 partenaires sous-traitants locaux », explique Abdelkarim Saigh, gérant de VMS.

« Comme vous le constatez il s'agit bien, affirme notre interlocuteur contacté par téléphone, d'une société de droit Algérien qui fait travailler une centaine de personnes » et, légalement répondu pour la cinquième fois au même appel d'offre. Au jour d'aujourd'hui, la commission d'ouverture des plis et d'évaluation n'a pas encore décidé à qui octroyer ce marché, "nous renouvelons notre entière confiance", indique notre interlocuteur qui ajoutera « comment cet élu puisse parler d'une quelconque malversation sans connaître les résultats."

Le gérant de VMS contre-attaque en signalant que CYCMA n'a même pas soumissionné pour les premiers appels d'offres de 2015 et durant les 04 dernières années, "nous avons été le fournisseur officiel de kits CKD de motocycles pour handicapés par l'intermédiaire de nos filiales". L’étude des soumissions se fait sur deux étapes, la première technique porte sur une évaluation à 40 points et l’autre financière à hauteur de 60 points. Certes, ajoute notre interlocuteur, "CYCMA a offert les prix les moins disant mais du côté technique nous sommes les meilleurs. Nous avons le réseau de distribution le plus étendu du pays et nous avons fait la meilleure offre technique notamment en ce qui concerne le service après-vente", a-t-il dit. il assure aussi que son entreprise a proposé une garantie de 25 mois après la vente contre 24 mois pour son concurrent.

VMS industrie s’est engagée à fournir toute la commande en 20 jours contre 45 jours pour son concurrent. « Dans l’offre technique, nous avons obtenu tous les points à savoir 40 sur 40. Par contre notre concurrent se bat pour avoir 24,5. Un score que le cahier des charges ne le lui permet pas car, le seuil minimum exigé est de 25 points », relève-t-il.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
22avril 2014

Samir Oumata, PDG de Eter Algérie «Nous tablons sur une croissance de 75,89 % en 2014»

03mai 2015

Bâtiment et travaux publics L’entreprise nationale prête à reconquérir le marché

09févr. 2016

24 sites attribués par l’Anam

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.