dimanche 23 avril 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Routes inondées, Asrout et la DTP absents Abonnez-vous au flux RSS des articles

07 déc. 2016
10:11
0 commentaire Des défaillances criardes

C’est peut-être récurrent, mais les usagers de la route ne s’y accommodent pas. Apeine quelques averses et ce sont toutes les routes de la capitales (banlieues comprises) qui sont quasiment impraticables.

 

Ce matin, dès 06h00, les rues, boulevard, ruelles étaient inondées. Dans certains quartiers l’eau arrivait presque aux poignets des portières des véhicules. Quasiment tous les avaloirs étaient bouchés. Toutefois, point d’agents de la DTP (direction des travaux publics ou d’Asrout pour les désengorger. Et bien sûr, tout le monde aura deviné les conséquences. Des goulot d’étranglements à n’en plus pouvoir. Même le chemin menant vers les sablettes pourtant récemment livré er que beaucoup d’automobilistes utilisent comme raccourci ressemblait à une véritable piscine. A Alger-Plage, dans la commune de Bordj El Bahri, c’est devenu une tradition.

A chaque annonce d’intempéries, les habitants sont contraints de recourir à des sacs de sable pour que l’eau ne pénètre pas leurs demeures. « En guise de rempart contre les inondations, des sacs remplis de sable sont disposés devant les maisons, généralement ces besaces résistent quelques heures seulement et finissent par céder sous la pression de la crue qui emporte tout sur son passage », nous raconte un « vétéran » du quartier. Le problème est également d’ordre topographique car toute cette partie de la commune est située sous le niveau de la mer.

Les services de la SSEAL n’ont jusqu’à présent pas trouver de solution. D’ailleurs, les habitants du quartier, particulièrement ceux d’Ihaddène, en contrebas des tours de l’ERTHB ne sont pas raccordés à l’eau potable pour les mêmes raisons et sont donc contraint de recourir au piratage. Un autre manque à gagner pour l‘entreprise. La route menant de Bordj El-Kiffan (ex-Fort de l’eau) à Kahouat Chergui, d’habitude très fluide le matin et bouché l’après-midi était également inondées. Les usagers qui « n’étaient pas informés de la situation météorologique en ont eu pour leur frais », nous dira un agent de l(ordre public en faction devant les feux tricolores.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
01sept. 2016

Inondations: un plan d’urgence mis en place à Constantine

24janv. 2017

Persistance des intempéries: plusieurs dégâts enregistrés

12oct. 2014

Béjaïa Le tunnel de Kherrata rouvert à la circulation

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.