mercredi 22 mars 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les TPE font entrer 3,2 milliards de dollars Abonnez-vous au flux RSS des articles

11 oct. 2016
14:55
0 commentaire Une Fédération nationale des jeunes investisseurs bientôt créée.

Hôte de l’émission « Invité de la rédaction » de la Radio nationale (chaine 1), le président de l'Union nationale des jeunes investisseurs (Unji), Tanka Ryad a souligné le rôle important que jouent les entreprises créées dans le cadre de l’Ansej, Angem et Cnac, dans le développement de  l’économie nationale.

 

Selon lui, 1 million d’entreprises créées dans les différents cadres d’aide de l’Etat peuvent participer au programme du Gouvernement qui vise la réduction des importations du pays. « Nous visons la réduction des importations de l’Algérie de 3,2 milliards de dollars », a-t-il affirmé. Et d’expliquer : « le réseau des entreprises créées dans le cadre des aides de l’Etat (Ansej, Angem et Cnac), comprend plus de 700 différentes activités ».

Pour le président de l’Unji, les jeunes investisseurs en Algérie sont une force économique pour le pays et participent activement dans les différents projets de l’Etat. «Avec les 360 000 entreprises créées dans le cadre de l’Ansej, de 160 000 créés en Cnac et 600 000 pour l’Angem, les différentes caisses d’assurances (Cnas, Casnos et Cacobath) peut éviter la faillite, et ce, avec les cotisations des PME et TPE », a-t-il dit avant de rappeler le rôle important de ces très petites entreprises (TPE).

« Nous importons de la Chine des produits que nous pouvons réaliser en Algérie, à savoir le plastique, la parapharmacie, etc. », souligne Tanka Ryad qui rappelle également que 26% du réseau de transport et de logistique est détenu par les bénéficiaires des aides de l’Ansej.

Par ailleurs, le président de l’Unji, qui a critiqué le rôle des associations patronales et professionnelles, a annoncé la création dès samedi prochain de la Fédération nationale des jeunes investisseurs. Pour lui, plus d’un million de bénéficiaires des aides (Ansej, Cnac et Angem) n’ont pas un porte-parole qui transmet leurs doléances aux hautes autorités du pays.

Ainsi, 4 associations nationales, 13 associations de wilayas et 110 bureaux communaux se sont mis d’accord pour créer la Fédération nationale des jeunes investisseurs et ce rien que pour « porter les doléances des jeunes investisseurs aux différentes autorités du pays ». Cette Fédération devra-t- être le plus grand rassemblement des jeunes investisseurs en Algérie. Le porte-parole de l’Unji croit en la force des jeunes investisseurs, affirmant que « les PME et PMI créent de la richesse et de l’emploi ». « Nous avons des problèmes et nous avons des solutions à proposer aux autorités concernées », a-t-il conclut.  

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
19avril 2012

Camille Sari, consultant international, spécialiste du Maghreb « Il est urgent de développer la PME algérienne performante»

25janv. 2017

Les jeunes investisseurs veulent assister à la tripartite

08févr. 2014

2ème édition de Fikra Conférence L’optimisme, clé du progrès

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.