mardi 24 janvier 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Air Algérie souhaite ouvrir ses filiales au partenariat Abonnez-vous au flux RSS des articles

16 oct. 2016
12:15
0 commentaire "Chaque agent doit justifier d’une valeur ajoutée et de sa compétence".

La compagnie nationale de transport aérien, Air Algérie, prévoit dans sa nouvelle stratégie de redéploiement d’acquérir quatre nouveaux avions long courrier d’ici 2019, d’une valeur de 120 à 130 millions dollars l’appareil et une cinquantaine d’autres d’ici 2025. Pour financer ce projet et d’autres en perspective, Mohamed Abdou Bouderbala, Pdg de la compagnie, n’exclue pas le financement extérieur. Ce qui pourrait redonner un nouveau souffle à la compagnie en difficulté financière.        

 

La vétusté de sa flotte, le coût excessif des formations du personnel naviguant, les problèmes techniques et le manque de ponctualité dans ses vols reviennent trop chers à la compagnie qui a vu ces dernières années ses revenus baisser drastiquement et perdre de sa notoriété. Face à ces difficultés qui n’ont fait qu’augmenter ses dépenses, la compagnie se voit dans l’obligation de réviser sa stratégie de redéploiement et son organisation afin de compenser ses pertes, gagner en ponctualité en atteignant les normes internationales de 80% et augmenté son taux de participation au PIB national qui est marginal ne dépassant pas 0,2% sur le total des 3% que représentent le secteur des transports.

Conscient de la gravité de la situation et les risques que celle-ci aurait sur l’avenir de la compagnie, notamment, sous l’effet de la concurrence et la forte valeur de la devise, le Pdg d’Air Algérie a tenu à expliquer lors de son intervention sur les ondes de la radio nationale chaine3, hôte de l’émission « Invité de la rédaction », la stratégie et les perspectives (2018-2025), d’Air Algérie. Une stratégie qui repose sur deux points primordiaux, à savoir la révision de son organisation tant sur le plan investissement que gestion et investir dans le capital humain à travers la prise en charge de la formation de son personnel naviguant formé en Arizona (USA) ou à Oxford (Grande-Bretagne). Ce qui sera possible désormais avec l’ouverture de la nouvelle école d’Aéronautique. Cette dernière permettra à la compagnie d’économiser jusqu’à 2 milliards de dinars par an, contre une dépense de 140 millions de dollars par an.

« D’ici 2018, Air Algérie prendra en charge elle-même la maintenance de ses appareils avec l’ouverture d’un centre international de maintenance, en cours de réalisation.  D’ici à la fin de l’année en cours, Air Algérie clôturera la négociation de 59 contrats. « Nous avons opté dans notre choix stratégique sur la création et le renforcement de nos filiales qui doivent se détacher de notre autorité de gestion et devenir autonomes», estime Bouderbala, qui reconnait que la mauvaise gestion et le manque de compétence dus à un certain laisser-aller et au piston dans la compagnie ont conduit à la situation actuelle. « Tout ça c’est fini, dorénavant chaque agent doit justifier d’une valeur ajoutée et de sa compétence », précise-t-il.

Objectif : Assainir la situation de compagnie

Autres objectifs fixés par la compagnie, le renforcement du fret et le transport de marchandise ou cargo qui ne représente que 5% du chiffre d’affaires de la compagnie. Ce qui est infime en comparaison avec la valeur ajoutée et la rentabilité que pourrait générer cette filière pour Air Algérie et l’économie nationale. Une démarche est déjà entamée, selon le pdg d’Air Algérie pour revigorer cette filiale ainsi que celle du Catering qui a généré depuis le début de l’année 1,3 milliards de dinars de recettes. « Le service Catering sera désormais ouvert même aux compagnies étrangères », souligne l’intervenant.

Interrogé sur les solutions que propose la compagnie pour réduire le taux des retards et de l’annulation des vols, M. Bouderbala se dit optimiste et rassure qu’Air Algérie a pris ses dispositions pour remédier à ce problème qui lui coûte beaucoup d’argent. « Avec les nouveaux avions et une meilleure organisation, ce problème sera résolu progressivement. Nous avons enregistré un gain de 25% en matière de ponctualité entre 2015 et 2016. Mais il reste beaucoup à faire », explique-t-il.

En conclusion, Air Algérie doit assainir sa situation d’ici une année pour pouvoir rivaliser avec les autres compagnies étrangères. Aujourd’hui, elle ne dessert que 44 destinations à l’international, 13 en national et elle projette avec l’ouverture de la nouvelle aérogare de desservir de nouvelles destinations africaines et négocie celle de New-York. Son chiffre d’affaires a atteint 80 milliards de dinars, mais affecté par les dépenses et les charges de remboursement des vols annulés.  Air Algérie a transporté cette année 5,5 millions de passagers sur un total de 9 millions et prévoit de transporter 6 millions en 2017.  

Samira Bourbia

Sur le même sujet
06avril 2015

Air Algérie applique son plan de restructuration Il n’y aura plus de retards des vols

06juin 2014

Mohamed Salah Boultif, Président-Directeur général d’Air Algérie «Nous mènerons l’offensive sur l’Afrique»

22juin 2013

Air Algérie Augmentation du nombre des passagers

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.