jeudi 23 mars 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Djerba dans l’attente des touristes algériens Abonnez-vous au flux RSS des articles

21 janv. 2017
14:18
0 commentaire Djerba dispose d'une large gamme d'hôtels

Alors qu’elle était désertée par les touristes depuis quelques années, l’ile de Djerba tente d’attirer les Algériens en leur offrant plus de facilitations et d’avantages par rapport aux autres touristes d’autres nationalités.

 

Située  sur le littoral sud-est de la Tunisie dans le golfe de Gabès,  Djerba demeure l'une des destinations phares du littoral nord africain pour les Européens.  Classée parmi les Top 10 des destinations touristiques dans le monde, l’ile de Djerba tente d’attirer plus de touristes notamment des Algériens. Ainsi, en 2016, l’île a perdu plus de 3% par rapport à 2015. Pour promouvoir cette destination, l’agence Arij en collaboration avec l'agence HTS et NewSun Travel basée en Tunisie, ont organisé du 17 au 23 janvier une caravane médiatique vers l’ile de Djerba en Tunisie.

Ainsi, les organisateurs de l’Eductours ont tenu ce samedi une conférence de presse à l'hôtel Sunconnect sis à Djerba en Tunisie, pour expliquer l’objectif de cette caravane médiatique. Il s’agit, selon Mohamed Amine Triki, directeur de l'agence de voyage Arij et organisateur de l'événement, d’attirer plus de touristes algériens vers cette destination. L’année passée, l’île de Djerba a accueilli 637 956 touristes, soit une baisse de 3,1% par rapport à 2015 (658 312). Le nombre d’Algériens qui se sont rendus dans l’île en 2016 ont atteint 6329, enregistrant une augmentation significative estimée à plus de 44% par rapport à 2015 (4367). La durée moyenne de leur séjour est passée de 3,7 en 2015 à 3,8 en 2016, selon le directeur de l’ONTT (Djerba).

Djerba, selon les directeurs d’hôtels,  dispose d’une large gamme d’établissements hôteliers comptant parmi les meilleurs dans le continent africain, en termes de qualité de prestations et de capacité d’accueil. La plupart des hôtels sont classés deux, trois et quatre étoiles et cinq étoiles. Les conférenciers ont exposé les facilitations qui peuvent intéresser les algériens, à commencer par la baisse des prix et les tarifs préférentiels. Les mêmes orateurs ont promis également d’étudier la possibilité d’accepter le dinar algérien dans les échanges avec les touristes venus d’Algérie. Mais, seulement avec l’accord du ministère des Finances tunisien.

A propos de l’accompagnement du secteur du tourisme algérien, les conférenciers ont affiché leur intérêt d’organiser des rencontres avec leurs homologues algériens dans l’objectif de discuter des possibilités de transférer le savoir-faire que ce soit dans le volet de la formation, les services, le transport, etc. D’ailleurs, des lignes aériennes directes sont prévues prochainement s’il y a une demande sur cette destination.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
20janv. 2017

«L’Algérie a besoin d’infrastructures hôtelières»

17mai 2012

Habib Ammar, directeur général de l’Office national du tourisme Tunisien "Des réductions de 60% pour les Algériens"

22janv. 2017

Tourisme : les Tunisiens prêts à investir en Algérie

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.