jeudi 29 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Industrie numérique en Algérie
Seuls 5 600 sites avec un nom de domaine en «.dz» Abonnez-vous au flux RSS des articles

10 mars 2015
18:42
0 commentaire 2ème édition du forum de l'opérateur de téléphonie mobile, Mobilis

Le « .DZ » est le domaine national de premier niveau réservé à l'Algérie. Mais jusqu’à présent il reste bien moins attractif par rapport aux autres domaines. Le nombre d’enregistrements des sites internet dont la partie terminale est en «.dz» s’élève à peine à 5 600 sites.  

 

Le développement du contenu permet de faciliter le service des utilisateurs internautes. En Algérie, le secteur nécessite un travail de fond de la part des pouvoirs publics pour développer cette industrie. Ce domaine pourrait offrir la perspective de nouveaux débouchés pour les entreprises et des gains de croissance, a déclaré Nacim Lounes, journaliste spécialisé dans les TIC, ce matin, lors de la deuxième édition du Forum Mobilis qui s’est tenu au siège de l’opérateur de la téléphonie mobile à Bab Ezzouar, dont le thème abordé a été « la création du contenu local ».

M. Lounes, reconnaît que l'entreprenariat en matière de production des contenus locaux est un domaine «marqué par des insuffisances», d'où, selon lui, l'impératif de multiplier les incitations à l'effet de favoriser la promotion du contenu numérique. «  Les sites web des entreprises doivent-être mis à jour. Dans le cas contraire, le problème demeure au niveau du service information et communication de ladite entreprise ».

D’après M. Ahmed Mehdi Omarouayache, responsable d’une start-up, la demande réelle des entreprises algériennes en matière de création du contenu est minime. Les DATA Center en Algérie est en manque terrible. Les deux aspects respectivement, dit-il, lié à la règlementation et à la souveraineté freinent son développement. Le manque en termes de financement de projets et de formation est également un point à soulever et à remédier. « Si les entreprises ont tendance à faire recours aux sites d’hébergements étrangers, c’est qu’il n’y en a pas assez en Algérie. Le peu qui existe actuellement sont plutôt des revendeurs et n’ont pas la taille d’un DATA Center afin qu’ils puissent répondre à toutes les demandes. 

M. Mohamed Lakroum, responsable à l'Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), a indiqué, pour sa part, que l’Algérie compte environ 80 000 sites internet dont environ 5600 avec une partie terminale portant l’extension «.DZ », or, explique-t-il, une recherche orientée vers le « .DZ » facilite et améliore la navigation des utilisateurs.

Il dira, en outre que l'incubateur technologique de Sidi Abdallah n'abrite actuellement pas plus de 42 porteurs de projets innovants ainsi que 15 start-up spécialisées dans la création du contenu numérique. « Ces start-up ont d’énormes difficultés pour se développer », a-t-il regretté avant de signaler que « le taux de mortalité des start-up est très élevé dans le monde et notamment en Algérie. Le manque d’adaptation à ce métier est la cause.  C’est pour cela que nous sommes à leur disposition pour les aider à se développer ». 

Lynda Mellak

Sur le même sujet
13juil. 2015

Ahmed Mehdi Omarouayache, Général Manager de Connext "C’est stratégique d’avoir un contenu propre à l’Algérie"

25avril 2017

L'Etat soutiendra la création de start-up

28sept. 2012

Un grand nombre d’entreprises ont cessé d’exercer Le marché des logiciels ne décolle pas

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.