vendredi 20 janvier 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Ahmed Mehdi Omarouayache, Général Manager de Connext
"C’est stratégique d’avoir un contenu propre à l’Algérie" Abonnez-vous au flux RSS des articles

13 juil. 2015
11:22
0 commentaire "La création du contenu est l’affaire de tous"

Le secteur des TIC doit être considéré comme un secteur stratégique. Il doit contribuer dans une large mesure à la croissance économique et sociale. L’hébergement local des sites internet est, également,  un facteur-clé pour l’évolution de l’écosystème de l’internet. Le  contenu local en Algérie suscite un travail important pour son développement. Dans cet entretien paru dans les colonnes de L’Eco (N°114 / du 16 au 30 juin 2015), M. Omarouayache affirme que l’évolution de ce secteur ne concerne pas seulement les opérateurs, mais aussi la participation de tous, d’autant plus que la majorité des contenus consommés sont hébergés à l’étranger.

 

L’Eco : Vous avez intervenu lors de la  2ème édition du forum Mobilis sur le  contenu local algérien. Quelle était l’importance de cette rencontre ?

Ahmed Mehdi Omarouayache : La création du contenu est l’affaire de tous et pas uniquement celle des opérateurs. Nous avons abordé l’importance d’avoir un contenu propre à l’Algérie notamment pour ce qui est de l’aspect stratégique. Le contenu des sites algériens est hébergé, en sa majorité,  sur des serveurs étrangers. Cette situation touche d’une manière ou d’une autre  à la souveraineté nationale, d’un côté, et à l’économie nationale, d’un autre côté.

Le manque de contenus hébergés localement peut avoir des impacts significatifs sur l’ensemble de l’écosystème d’internet du pays. L’accès à tous types de contenus hébergés à l’étranger peut être très coûteux pour les fournisseurs de services internet à cause de l’utilisation des liens internationaux qui entraînent des charges financières élevées, d’une part, et l’augmentation du temps d’accès, d’autre part. Aussi, ces coûts accrus sont ressentis par les utilisateurs qui dépensent plus pour se connecter.  Le coup d’acquisition de la  bande de croissance, comptabilisé en euros et  supporté par Algérie télécom, est dû au fait de  se connecter à un contenu hébergé sur des serveurs étrangers. Du coup, ceci est inévitablement répercuté sur les prix payés sur l’ADSL et la 3G.

Nous constatons que le secteur suscite un travail important pour son développement. Par rapport à la promotion du contenu en «.dz », on distingue deux types du contenu : un contenu qui est généré par l’utilisateur et dont les algériens sont très prolifiques ; un autre contenu,  beaucoup plus professionnel, généré par des entreprises,  et dont on soulève un manque flagrant en matière de communication de ces  institutions sur internet. Et c’est à ce niveau-là que la problématique de la monétisation est posée. Comment se faire payer le contenu qu’on produit notamment en l’absence du paiement électronique qui est un élément important dans la production du contenu ? 

Comment identifiez-vous le Cloud par rapport à l’hébergement classique? Et quelles sont les garanties de son utilisation?

Dans un hébergement traditionnel, l’achat d’une taille de stockage donné à 2 G est équivalent à  une capacité d’un processeur qu’on s’est alloué. Pour ce qui est du Cloud, le paiement se fait à la limite sur la base du degré de la consommation effectuée. Dans certaines conditions, le besoin à  l’utilisation à un plus d’un processus, la solution Cloud s’avère efficace. Je cite un exemple : vous travaillez sur un processus d’une moyenne simple et  au moment où vous  avez besoin d’en utiliser deux, la procédure  est impossible dans le cas d’une utilisation d’un hébergement traditionnel. Cependant, ceci est possible dans le cas d’une utilisation du Cloud. En effet, son emploi permet plus de sécurité et offre la possibilité maximale d’atteindre la capacité des structures envisagées.

En quoi un hébergement dans le Cloud peut changer la donne ?

L’hébergement Cloud est destiné beaucoup plus pour des entreprises et des institutions qui peuvent avoir de grands besoins à des instants donnés. L’utilisation du Cloud leur offre une continuité  de service. Le Cloud est une technologie qui est assez récente en Algérie.  Les entreprises sont en train de l’approprier. La solution nécessite un temps pour l’appropriation de l’écosystème de cette technologie. 

Veuillez nous donner un  aperçu sur votre entreprise ainsi que vos réalisations.

Connext est une société de service internet. Créée en 2007, l’entreprise est passée par l’incubateur du cyber parc de Sidi Abdellah. Nous avons commencé comme étant  start-up incubée durant deux  ans au parc Sidi Abdellah. Nous sommes passés à une  entreprise locataire établie au centre d’affaire du cyber parc pour une période de trois  ans.  Nos clients sont essentiellement des PME et des administrations publiques. Nous visons à travers notre service, le grand public. Nous développons un logiciel qui permettra à l’Algérien l’achat en ligne des billets d’avions, un premier portail de vente de billets d’avions en ligne. Nous offrons, également,  des services dans le e-commerce. 

Lynda Mellak

Sur le même sujet
25oct. 2015

Mohamed Lamine Belbachir, co-gérant de l’entreprise Ayrade "Il faut développer le Datacenter local"

28févr. 2016

« Le haut débit et le contenu doivent aller de pair»

25oct. 2015

Karim Embarek, Gérant de la startup xmedia "L’Algérie doit avoir son propre Datacenter"

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.