lundi 11 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Algérie télécom se transforme en groupe Abonnez-vous au flux RSS des articles

30 avril 2017
13:12
0 commentaire AT est gérée de manière archaïque

Le conseil des participations de l’Etat a adopté une nouvelle réorganisation du groupe d’Algérie télécom, qui réunira ainsi ses trois filiales en un seul groupe.

 

C’est ce qui a été annoncé ce matin par la ministre de la Poste et des technologies de l’information et des télécommunications (MPTIC), Iman-Houda Feraoun lors de son passage à la radio nationale. En effet, cette nouvelle réorganisation, «était prévue en 2014», suite à la constatation de l’inefficacité de l’ancienne organisation qui a été « désavantageuse dans le secteur économique ». De ce fait les décideurs avaient deux choix, a expliqué la ministre, « soit ils filialisent la partie de la téléphonie mobile en entreprise indépendante, ou bien mettre en place une autre configuration qui met en valeur chacune des métiers de l’internet ». Ainsi, la solution choisie a été celle de « créer un groupe télécom d’Algérie qui disposera de tous les moyens de l’Etat en matière de télécommunications ». C’est-à-dire qu’il regroupera les trois filiales, fixe (AT) mobile (ATM) et satellitaire (ATS). Ce nouveau groupe s’occupera, selon l’invité de la radio de « management économique » mais aussi « mutualiser les ressources humaines et réaliser des achats groupés », ce qui coûtera beaucoup moins cher.

Sur le plan interne, la ministre a rassuré que « rien ne changera et les statu restent tels quels ». Mais les prestations changeront, avec un nouvel organigramme car l’ancien était inadéquat. Ainsi, le groupe aura plus de souplesse dans la gestion et peut évoluer plus facilement notamment à l’étranger (Europe et Afrique) de manière à vendre de la capacité en Afrique.

S’agissant de l’ouverture de la boucle locale, la ministre a rappelé que la loi permet cette ouverture. « Sauf qu’AT a été réticente pour des raisons endogènes ». Toutefois, le nouveau texte de loi qui sera adoptée par la prochaine assemblée populaire nationale obligera AT d’ouvrir la boucle à la concurrence sur le dernier kilomètre », a encore expliqué Houda Feraoun.  De ce fait, tous les fournisseurs d’internet pourront prendre part au marché. Cependant, elle a souligné que « le monopole demeurera pour la téléphonie fixe », car « la constitution instaure le contrôle de l’Etat sur les infrastructures de la communication stratégique ».

Système de gestion archaïque

En répondant sur une question liée au rapport de la cours de comptes qui a constaté des défaillances dans la gestion, la ministre des MPTIC a reconnu qu’Algérie télécom fonctionne avec des systèmes archaïques. « Les travailleurs le savent bien, le systèmes de gestion financière et de facturation sont archaïques. Tous les systèmes internes sont archaïques » a-t-elle expliqué. Pis encore, selon la ministre « l’entreprises ne peut pas établir sa comptabilité analytique », ce qui explique que tous les chiffres sont hasardeux, mais « un système est en train d’être mis en place».

Pour le paiement mobile, Houda Feraoun a indiqué que le blocage est lié à la réglementation. Selon elle, il faut que le Trésor public bénéficie des transactions et pas seulement les opérateurs ». D’ailleurs « le projet de loi qui est e APN impose un cahier de charge dans ce sens » a-t-elle souligné. 

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
05oct. 2015

En prévision de l’ouverture de son capital Mobilis sera détachée d’Algérie Télécom

12févr. 2017

Telecom: l’Algérie convoite le marché africain

16juin 2016

TIC : quand la législation bloque l’évolution

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.