dimanche 17 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Cyberattaque : Les normes de sécurité inexistantes Abonnez-vous au flux RSS des articles

25 mai 2017
11:57
0 commentaire Les réseaux sociaux ne garantissent aucune confidentialité

L’Algérie a été touchée par la cyberattaque qui avait affecté des centaines de milliers d'ordinateurs dans le monde « mais nous n’avons pas de preuve », a estimé l’expert en TIC Malik Si Mohamed.

 

S’exprimant ce matin sur les ondes de la chaine 3, l’expert et Professeur d’université a expliqué l’ampleur de cette attaque mondiale sans précédent qui avait une spécificité  d’être assortie d’une demande de rançon dans le but de créer et récupérer de la monnaie virtuelle à l'insu des utilisateurs et qui pourrait frapper à nouveau dans les jours à venir.

M. Malik Si Mohamed a souligné que face à la menace « tout le monde est égal face aux risques » en donnant plus de précisions sur les soupçons qui se sont dirigés vers la Corée du Nord en découvrant un lien potentiel avec la cyberattaque mondiale. Mais l’expert a affirmé qu’ « il n y a pas d’Etat derrière l’attaque » qui a touché plus de 300.000 ordinateurs dans quelques 150 pays.

Sur la question de la prévention des risques immédiats surtout pour les Etats qui restent exposés, les moyens de défense ne sont pas très développés. « Il faut tout de même faire la distinction entre particuliers, entreprises et institutions de l’Etat », selon l’expert qui ajoutera que « pour les particuliers, personne n’est à l’abri et les risques sont permanents notamment avec l’ouverture de fichiers ou de courriers d’origines inconnues.  Pour les entreprises, il faut sécuriser les machines de travail,  d’ailleurs certaines entreprises limitent les domaines de navigation pour leurs personnels ».  Quant à l’échelle des institutions de l’Etat « il faut sécuriser les systèmes vitaux », préconise l’expert en soulignant que « l’Algérie possède des capacités matérielles et humaines importantes dans les domaines des TIC mais il faut noter l’inexistence de normes et systèmes de sécurité », a-t-il insisté. Pour ce qui est de l’ampleur des dégâts insignifiant sur notre pays, cela était dû essentiellement au manque de connexion de notre économie ; « notre économie n’est pas suffisamment connectée », faut-t-il dire dommage ou dire heureusement ?

Par ailleurs, M. Malik Si Mohamed n’a pas omis d’attirer l’attention sur l’utilisation des réseaux sociaux qui ne garantissent aucune confidentialité et renforcent l’empreinte numérique des utilisateurs. « Les gens ne se rendent pas comptes de la portée de leurs données personnelles qu’ils partagent avec leurs amis sur les réseaux sociaux et qui peuvent à moyen ou à long termes leur porter préjudice » a-t-il indiqué.

M.E.H

Sur le même sujet
05juin 2013

L’impératif de lutter dans une "démarche globale" contre la cybercriminalité soulignée à Alger

13avril 2014

Nécessité pour les entreprises de se prémunir contre les menaces informatiques (experts)

08avril 2013

Lutte contre les cyber-attaques L'Algérie développe une approche "défensive"

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.