lundi 22 janvier 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

70% des labos seront privés de financement Abonnez-vous au flux RSS des articles

23 déc. 2017
18:15
0 commentaire Les labos concernés disposent de 2 ans pour faire des résultats et avec des moyens propres

Des chercheurs qui trouvent en on cherche encore dans certains laboratoires d’universités. Il a fallu que les ressources de l’Etat s’amenuisent pour que l’obligation de résultats tombe comme un couperet. Résultat : 300 labos seront privés de financements. 

 

C’était le directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique au ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdelhafid Aourag qui, adonné aujourd’hui à l’APS l’information faisant état de suspension de financements pour 300 laboratoires de recherches ayant présenté des bilans négatifs depuis trois ans ce qui représente 70% du total des laboratoires de recherche diagnostiqués.    

Certains laboratoires risquent carrément la fermeture, leurs responsables disposent d’un délai de deux ans pour redresser la situation et, avec les moyens propres, faute de quoi, le ministère procèdera à la fermeture de ces structures. La tutelle va, par ailleurs inclure des conditions dans les prochaines évaluations à savoir la prise en compte, dans ces évaluations de 120 critères internationaux comme c’est d’usage à travers le monde.

La crise qui s’invite dans les milieux du savoir a mis à nu des situations de structures budgétivores isolées du monde économique et dans lesquelles, la recherche scientifique malgré tous les moyens mis en place pour constituer des passerelles entre l’université et l’entreprise est restée figée dans un schéma traditionnel stérile. La quantité dominant la qualité a fait de ces espaces de recherches des milieux aujourd’hui, inutiles car, sans réel plus-value économique. A l'avenir, il sera question de pas plus de « 30 ou 40 laboratoires nationaux, qui bénéficieront des plus grands budgets et des meilleures compétences » et sur lesquels misera l'Algérie pour booster en amont son développement déclarait, il y’a quelques mois le même responsable sur les ondes de la radio nationale.       

A.M

Sur le même sujet
29avril 2012

Transferts sociaux Plus de 15 milliards de dollars par an

19sept. 2012

Programme méditerranéen Paceim 2012 35.000 euros pour huit porteurs de projets

22mai 2012

Université "Mohamed Boudiaf" d'Oran Un colloque sur la recherche scientifique

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.