jeudi 19 avril 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Rabah Rouane, directeur général de Dar Hôtel
Un espace dédié aux professionnels de l’hôtellerie Abonnez-vous au flux RSS des articles

21 févr. 2012
00:00

En plus de la clientèle professionnelle principalement visée, notre stratégie conçoit utile l’ouverture d’une chaîne de distribution au grand public. «Avec le lancement de Dar Hôtel, nous voulons anticiper les besoins en produits de premier choix. Il est temps que la qualité trouve sa place en Algérie. Car nous pourrons relever les défis du secteur du tourisme. Nous en sommes capables», affirme son directeur général.

L’Eco : en plein centre de la  capitale, vous venez d'inaugurer  Dar Hôtel. Parlez-nous-en un peu  plus. 

Rabah Rouane : inauguré en  novembre dernier, Dar Hôtel est un  espace, pour les professionnels, d’audit  et de conseil. C’est un accompagnement  pour les futurs investisseurs.  Les investissements concernent  le produit hôtellerie.  M’appuyant sur mon expérience  dans le secteur, la gestion de Dar Hôtel  obéit à des critères très rigoureux de  management moderne. Cet établissement  permet de mettre enfin du matériel  de très haute qualité à la disposition  des professionnels de différents  domaines d'activité, mais surtout ceux  dont le principal centre d'intérêt se  trouve être l'hôtellerie. L'opération  ainsi entamée ne peut être que couronnée  de succès.  Dar Hôtel se veut aussi un vrai  melting-pot de l'art culinaire algérien.  Dans son ensemble, il réunit les leaders  des matériels et équipements pour  hôtels, restaurants, cuisines, pâtisseries,  catering et collectivités.  Dar Hôtel représente 12 sociétés  étrangères, dont Buyer, spécialisé dans  la fabrication d’ustensiles de cuisine,  de pâtisserie, de traiteur et de collectivités.  Son aura est mondiale. Sa présence  régulière, depuis plus de 180 ans  dans tous les grands établissements  professionnels et maisons de  particuliers est la preuve  de sa solidité et de  sa constance.  Platex, le fabricant de plateaux et  de dessertes pour l’hôtellerie, a aussi  un rayonnement international. Citons  aussi Revol, le spécialiste de la porcelaine  culinaire dont la griffe est présente  dans tous les hôtels et les grands  restaurants à l'échelle mondiale. Et  également Wismer, spécialisé dans le  petit électroménager professionnel. 

Quelles perspectives envisagez-vous ? 

Ce qui est important de noter dans  ce rassemblement, c’est le fait que ce  sont les fabricants eux-mêmes qui sont  actionnaires dans cette société. Le  groupe Dar Hôtel prolongera ses services  de vente pour atteindre les  objectifs de conseil et d'audit. Nous  avons rassemblé tous les métiers de  l’hôtellerie et de la restauration pour  offrir des solutions globales afin de  mieux servir et en même temps d’être  à l'écoute du client.  Le service sera renforcé par la présence  de formateurs et experts nationaux  et étrangers. Ceci a pour but  d’assurer une bonne orientation  concernant le design de l’établissement,  le choix des matériaux, le recrutement  du personnel et les différentes  étapes de formation. En fait, ce groupement  est dédié aux professionnels  de l’hôtellerie, du tourisme et de la  restauration.  A travers son installation en  Algérie, il offre la solution globale  que recherche tout investisseur fier de  son apport dans un domaine qui est  loin de répondre à la demande tant  interne qu'externe. 

Quels sont vos objectifs ? 

Nous avons un carnet de cotation  assez intéressant. L’entreprise compte  s’ouvrir sur d’autres clients liés à l’accompagnement  d’équipements d’hôtel  et de collectivités. Nous avons lancé  des formations pour assurer le service  après-vente et la garantie ainsi que la  fourniture de pièces de rechange. La  maison propose, par ailleurs, une  garantie — 7 ans et 15 ans — sur les  produits écoulés. La société, dans la  perspective de produire en Algérie,  commence, dans un premier lieu, par  une étape d’assemblage.  En plus de la clientèle professionnelle  qui est principalement visée,  notre stratégie voit utile l’ouverture  d’une chaîne de distribution au grand  public en janvier 2012. Avec le lancement  de Dar Hôtel, nous voulons anticiper  les besoins en produits de premier  choix. Il est temps  que la qualité trouve sa  place en Algérie.  Car nous pourrons relever les défis du  secteur du tourisme et, ce dont nous  sommes sûrs, à la réussite certaine de  ce que nous entreprenons en Algérie. 

Vous êtes à la tête d’une école  internationale d’hôtellerie, l’IHS.  Comment vous êtes-vous lancé ? 

Avant de venir en Algérie, je suis  passé par de grands groupes hôteliers  aux Etats-Unis (Hilton, Sheraton,  Hyatt) et Four Seasons au Canada. Le  jour où je me suis lancé dans le domaine  de l’hôtellerie, j’avais en tête l’idée  de partager mon expérience. Je suis  parti avec le but de lier le jeune  Algérien à un contrat d'avenir, celui de  l’alternance. Sans compter mon but de  répondre au besoin national dans le  secteur du tourisme, notamment la formation  de grands chefs de métier qui  maîtrisent une vraie profession. Je  dirais que la relance de ce secteur  d'avenir qu'est le tourisme est bel et  bien une réalité sur le terrain. Je suis  de l’avis de ceux qui sont convaincus  que le tourisme peut prendre la relève  du pétrole. Je souhaite que 2012 soit  dédiée à la formation, laquelle est la  clé de la réussite. 

Où en êtes-vous du programme de  formation aux métiers de  l'hôtellerie et du tourisme (carte  nationale de formation) établi par  le ministère du Tourisme ? 

La nouvelle carte de la formation  dans le domaine des métiers de l'hôtellerie  et du tourisme est établie dans le  but d'évaluer les besoins du secteur sur  le plan qualitatif ainsi que sur le plan  quantitatif. Notre réapparition dans ce  nouveau programme est avant tout une  fierté. Et puis, notre participation à  cette ambition de travail nous permet  de contribuer et d’aider en termes  d’emploi afin d’assurer un avenir  meilleur aux jeunes.  Depuis notre adhésion en 2006,  dans le cadre du programme de gestion  touristique, l’école est rentrée  dans un schéma calandré, nos étudiants  ont bénéficié de rappels à des  formations de qualité. De mon côté, je  soutiens, de près et de loin, ce genre  d’investissements ciblant le relèvement  des profils et des activités,  notamment la formation des ressources  humaines dans le tourisme.   

Lynda Mellak

Sur le même sujet
19sept. 2017

Partenariat Tourisme - Formation professionnelle

17mai 2014

Modernisation de la formation hôtelière et touristique Les professionnels veulent un observatoire du tourisme

13janv. 2015

Équipements hôteliers Les produits importés envahissent le marché national

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.