samedi 18 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Port de la Grenouillère à Annaba
Un bateau coulé, des bagarres sur les quais et une protestation qui n’en finit pas Abonnez-vous au flux RSS des articles

25 févr. 2013
18:36
0 commentaire Où est l'Etat ?

La situation se corse gravement. Un chalutier appartenant aux indus occupant a coulé avant-hier. Sabotage orchestré par les protestataires, simple accident ou « volonté délibérée » de son propriétaire pour récupérer d’éventuels crédits d’assurances ?

 

Telles sont les questions qui se  posent  au niveau du port de pêche « La Grenouillère », seule gare maritime d’Annaba pour les marins pêcheurs après leur retour en mer. Le bateau en question, acquis en 2008, pour une valeur sous forme de crédit bancaire de 22 milliards de centimes a coulé en moins de 2 heures suite à une  infiltration d’eau de mer dans sa coque.

Selon  un patron de pêche et des marins pêcheurs, rencontrés au niveau du  port  et qui sont en grève pour leur 24éme jour, le « sinistre de ce navire, indu occupant, ne concerne pas notre protestation (…) malgré les mauvaises langues qui parlent de sabotage et d’autres méfaits sauvages provenant de notre part, aucun marin pécheur accosté au port de pêche n’a ni saboter, ni brûler les bateaux de pêche  des indus occupants bien que nous sollicitons chaque jour par des moyens pacifiques l’urgence pour ces patrons pêcheurs de retourner à leurs ports d’attache comme le stipule l’article 423 du code maritime ».

Moyens pacifiques pour chasser les indus occupants ? Non. Pourtant, plusieurs bagarres avaient opposé les deux parties adverses. Résultat : 9 blessés d’un coté comme de l’autre. Pour le moment, les patrons pêcheurs d’Annaba ont porté plainte devant la justice pour récupérer leurs quais d’accostage. Cela, non sans crier « leur misère de ne plus arriver à subvenir aux besoins de leurs familles depuis que ces 35 chalutiers provenant de l’Ouest du pays avaient accosté au principal port de pêche d’Annaba ».

Il faut cependant signaler un fait inédit dans cette affaire : deux patrons pêcheurs d’Oran que nous avons rencontré hier nous ont signalés qu’à Oran, « plusieurs bateaux de pêche provenant d’Annaba, Skikda ou El Kala pêchent et accostent dans notre port sans qu’aucune autorité ne les dérange (…).

Chaque patron pêcheur ou marin est dans son pays, on chasse des variétés de poisson dans nos multiples bassins maritimes et avec des autorisations des pouvoirs publics, et s’il y a dépassement, cela relève de la justice »

Amar Saifi

Mots-clés
Sur le même sujet
19févr. 2013

Les patrons pêcheurs et marins protestent à Annaba Des poursuites judiciaires pour occupation illégale de quai

08juil. 2013

Pêche Le règne des spéculateurs

03janv. 2013

M. Bellot Hocine, président du comité des marins pêcheurs à L’Econews «11 espèces de poisson sont en voie d’extinction»

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.