mardi 24 janvier 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Grèves cycliques au niveau des collectivités locales Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 déc. 2016
10:27
0 commentaire Les communes paralysées dimanche prochain

Les membres de la Fédération des collectivités locales relevant du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publiques (SNAPAP) ont décidé de renouer avec la contestation. Et ce, à partir du dimanche 25 décembre. 

 

La décision a été prise à l’issue de la réunion du conseil national de cette organisation, tenu à la maison des syndicats. Une décision, a-t-on indiqué dans un communiqué transmis à la presse, prise « à l’unanimité des membres à l’effet de poursuivre la contestation. » On annonce, à ce propos, « des grèves cycliques d’une semaine à partir du 25 décembre». Et durant cette première semaine, la Fédération y a prévu un rassemblement, le 27 décembre plus précisément, de tous les communaux dans la ville de Boumerdès.

Promesses non tenues

Les raisons de la colère ? Les engagements non tenus de la tutelle, le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales en l’occurrence. D’où la reconduction du mouvement de grève à partir de ce dimanche. On a expliqué dans le communiqué que la grève cyclique a été confirmée par les membres du conseil national du CNSC/SNAPAP après une « analyse profonde de la situation, qui prévaut dans le secteur des communes. »

Et qui se caractériserait, affirme-t-on, par «des atteintes aux libertés syndicales.» Ces atteintes seraient enregistrées «quotidiennement au niveau national.» Mais c’est surtout pour y dénoncer «le silence et la complicité des pouvoirs publics» que l’on a décidé de monter au créneau. Les syndicalistes n’ont pas manqué de s’attarder sur «la dégradation du pouvoir d’achat, la précarité de l’emploi» et d’insister sur «la non satisfaction de la plateforme de revendications des communaux la fermeture des portes du dialogue et enfin, le recours aux intimidations et à la justice pour casser le mouvement de grève. Ce qui est contraire au discours officiel.»

Vieilles revendications

On apprend en outre que le CNSC va recourir à des grèves cycliques afin d’exiger des autorités politiques «la révision du statut général de la Fonction publique, la révision et l’uniformisation de tous les statuts particuliers des fonctionnaires des communes, l’abrogation de l’article 87 bis de la loi de 90/11, l’intégration en priorité de tous les contractuels et vacataires en postes, la révision du code de travail selon les amendements apportés par le BIT.»

Un ancien syndicaliste aujourd’hui en retraite a rappelé que la requête des communaux a été déposée auprès de la tutelle depuis 2011. Et qu’elle est demeurée sans suite au grand dam des anciens syndicalistes, partis en retraite sans y avoir arraché la moindre concession de la part de la tutelle. Il a rappelé en outre que des mouvements en vue de l’abrogation de l’article 87 bis de la loi 90-11, il y en a eu. Et la presse y a relayé leurs actions. Mais sur la révision du code de travail, on espère arriver à quelque chose d’autant que la revendication est prise en charge par l’Intersyndicale dans son mouvement. L’Intersyndicale va se déterminer, pour rappel, le 7 janvier prochain.

Les membres de la Fédération des collectivités locales appellent aussi à la révision des régimes indemnitaires, des allocations familiales, de la prime de scolarité et de la femme au foyer, la réduction de l’IRG, etc. Et ils réclament enfin des pouvoirs publics que l’on associe les syndicats autonomes lors des tripartites si l’on veut être équitable. Il s’agit de syndicats représentatifs. «Pourquoi leur exclusion ?»

Salim Aït Sadi

Sur le même sujet
15avril 2015

A l’appel d’une intersyndicale de la Fonction publique Grève et marche des travailleurs à Bejaia

26juin 2016

Les travailleurs des APC en grève dès demain

26déc. 2016

Les finances et les communes paralysées

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.