vendredi 21 juillet 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Bejaïa: Soutien au syndicaliste suspendu à AP Abonnez-vous au flux RSS des articles

14 mai 2017
10:08
0 commentaire Le syndicaliste a subi un interrogatoire de quatre heures

Les représentants des syndicats autonomes de la wilaya de Bejaïa ont indiqué que leur camarade, Amar Younsi, du Syndicat national autonome des postiers (SNAP) fait « l’objet d’harcèlements policiers». 

 

En témoignent, souligne-t-on, son arrestation, vendredi dernier, dans la ville de Sidi-Aïch par la police où il a eu à subir un interrogatoire de quatre heures. Comme le syndicaliste est l’objet d’une suspension de la part de sa direction, les représentants des syndicats autonomes (CNAPESTE, UNPEF, CELA, SATEF, SNAP, SNTE et SNTFP) ont décidé, jeudi dernier à l’issue d’une réunion, l’organisation d’un rassemblement mardi prochain devant le siège de la direction des Postes à Bejaïa.

On a confirmé que « c’est la deuxième fois en l’espace de deux jours qu’il (a été) entendu par les officiers de police à propos de son appartenance au SNAP. » Et c’est la teneur de ces interrogatoires, qui a inquiété les syndicalistes qui y voient une « ingérence dans le fonctionnement d’une organisation syndicale légalement constituée » et constitue « une violation grave des conventions internationales, ratifiées par l’Algérie. »

Les représentants des syndicats autonomes de la wilaya de Bejaia ont dénoncé en outre et avec véhémence les « dépassements enregistrés à l’encontre des syndicalistes et des fonctionnaires. » Et condamné « le comportement du directeur de wilaya des postes » et se sont élevés « contre les suspensions dont sont victimes les syndicalistes, particulièrement, celle de (leur) camarade Amar Younsi, syndicaliste du SNAP. »

Les syndicalistes ont déclaré ensuite leur soutien à leur camarade Younsi Amar, « suspendu injustement. » Ils exigeront durant ce rassemblement la levée de la suspension et la réhabilitation immédiate et inconditionnelle du camarade suspendu dans ses fonctions ; l’arrêt immédiat des poursuites judiciaires à son encontre ; de mettre fin aux harcèlements que subissent quotidiennement les travailleurs des postes dans l’exercice du droit de grève.

Salim Aït-Sadi

Sur le même sujet
23mai 2017

Marche des travailleurs à Béjaïa

17mai 2017

Les syndicats en colère à Béjaïa

27mai 2017

Les postiers appellent à sit-in national

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.