lundi 22 octobre 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Programme méditerranéen Paceim 2012
35.000 euros pour huit porteurs de projets Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 sept. 2012
15:06
0 commentaire Encourager l'innovation scientifique

 

Huit porteurs de projets novateurs vont être accompagnés pendant 15 mois pour dans leurs projets de création de start-up, a indiqué, ce matin à Alger, Mohamed Taibi, DG de l’Agence Nationale de Valorisation des Résultats de la Recherche et du Développement Technologique (Anvredet).

 

M. Taibi s’exprimait lors d’une Journée de partenariat et d’Affaires dédiée à la diaspora scientifique algérienne organisée, au Cerist, en collaboration avec l’Institut de recherche pour le développement en France «IRD» et Marseille Innovation(MI). Il a fait savoir que ces porteurs de projets sont des lauréats sélectionnés par le programme d’accompagnement à la Création d’entreprises Innovantes en Méditerranée (Paceim 2012).  Selon lui, une feuille de route est mise en place par l’IRD, MI et l’Anredet, soulignant  que «ces lauréats vont être pris en charge par un budget du 25 000 euros dégagé par le Programme Paceim».

De son côté, «l’Algérie représentée par la Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique  (DGRST) va contribuer par un montant de 10 000 euros», a-t-il ajouté. Il a estimé, par ailleurs, qu’ «en accompagnant le premiers groupe d’entrepreneurs innovateurs, l’Anvredet a l’ambition de renforcer les liens entre la Recherche /développement et le monde économique en offrant les conditions à nos universitaires de passer de la phase recherche à la phase entreprise dans des conditions favorables».

Pour sa part, le Pr. Hafid Aourag, DG de la DGRST a indiqué que le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique est aujourd’hui en mesure de transférer  le savoir-faire vers Algérie, faisant savoir que pour cela, «plusieurs dispositifs seront mis en place dans les mois à venir». Il a ajouté, toutefois, qu’une rude bataille reste à mener pour réussir ce  transfert, soulignant que les moyens existent aujourd’hui au niveau dudit Ministère dont il est représentant. De leur côté, les représentants de l’ambassade de France à Alger et de l’IRD/MI-Paceim ont affiché leur grande volonté de soutenir les projets de transfert de technologie.  

Lahcene Brahmi

Mots-clés
Sur le même sujet
20sept. 2012

M.A.Benkhalfa, consultant auprès de l’Anvredet "Un équivalent de l’Ansej pour les projets innovants"

09mars 2016

Le programme Horizon 2020 présenté aux chercheurs

03sept. 2016

MeetAfrica: une opportunité pour les jeunes diplômés

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.