dimanche 24 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Ahmed Ouyahia devant les militants du RND de la capitale
"Vive l’oligarchie algérienne !" Abonnez-vous au flux RSS des articles

11 juil. 2015
16:55
2 commentaires Le SG par intérim du RND

C’est sa deuxième sortie publique devant les militants de son parti après le conseil national qui s’est tenu au début du mois dernier. Le secrétaire général par intérim du RDN a réuni aujourd’hui à la salle Ali Maâchi de la Safex les cadres de la wilaya d’Alger.

 

Pendant une heure, Ahmed Ouyahia s’est évertué à expliquer à l’assistance les enjeux et les défis du pays. Il entamera d’ailleurs son intervention par les tragiques évènements vécus par a wilaya de Ghardaïa. Il précisera que les problèmes des ibadites et mozabites ne datent pas d’aujourd’hui mais ils sont plus vieux, mais jamais au grand jamais, « les deux parties ne sont arrivés à s’entretuer », louant ainsi et à juste titre le pacifisme des Ghardaouis. Il exprimera sa satisfaction quant à la réaction de la classe politique nationale qui a été unanime à dénoncer ce qui s’est passé. Mais, dira-t-il, « j’aimerais que ce même unanimisme se manifeste lorsque Dame justice frappera avec toute la force de la loi, et qu’on ne vienne pas manifester pour libérer les responsables et autres instigateurs de ces évènements. »

« Le rôle des politiques est de sensibiliser la population. Car si l’on connaît les raisons apparentes de ces problèmes on en connaît aussi ce qui est caché », ajoute le ministre d'Etat, directeur de cabinet de la présidence de la République. « Nous avons déjà entendu certaines gens parler de protection des minorités et appeler à leur protection par l’ONU. Cela fait dix ans qu’ils parlent de l’autonomie des Ibadites et de l’autonomie de cette région. » Et Ouyahia catégorique : « ces gens sont actionnés de l’extérieur. En janvier dernier, ils percevaient 50.000 DA par jour pour semer la discorde et l’anarchie. Avant, ceux qui faisaient dans l’espionnage de notre pays en percevaient 30.000 DA » Parler aujourd’hui de la main extérieure n’est ni de la langue de bois ni exagéré. Il donnera les exemples de la dislocation de la Libye, du Yémen et de la Syrie. Ahmed Ouyahia a appelé les militants du RND mais aussi l’ensemble de la classe politique à la vigilance. « Nous avons un dénominateur commun qui est la préservation du pays. Alors laissons pour un moment nos querelles politiques nous avons le temps d’y revenir. Car Ghardaïa c’est un appel des cimetières à la conscience de l’ensemble des Algériens pour la réconciliation. »

Le secrétaire général du RND rappellera le message du président de la République à l’occasion du 53e anniversaire du recouvrement de l’indépendance du pays dans laquelle « il a décrit avec force détails la situation du pays et lancé un appel à l’opposition (qui est dans son rôle) mais aussi à ses soutiens ». Pour l’intervenant, « les soutiens en question ne devraient pas se limiter à animer uniquement des campagnes électorales. » Il expliquera le soutien de son parti à Abdelaziz Bouteflika en raison des trois défis qu’il fallait relever. Le premier, dira-t-il, est d’ordre sécuritaire. « Ceux qui ont frappé à Tiguentourine sont à nos portes. Cela veut dire que le terrorisme est international. L’accumulation des armes à nos frontières. Si hier, ils utilisaient des Kalachs ou des mahchouchas, aujourd’hui ce sont de véritables armes de guerre qu’ils détiennent. » Ajouter à cela le réseau des narcotrafiquants pour le financement du terrorisme. L’Algérie est ciblée en raison de ses positions, selon lui (refus des fonds souverains, de l‘instauration de bases militaires sur le sol algérien de prendre part aux guerres qui ne sont pas les siennes, etc). « Il y a deux pays juridiquement en guerre contre Israël. Il s’agit de la Syrie et de l’Algérie. »

Abordant la situation économique, le secrétaire général du RND lancera des pics en direction du gouvernement qui ne cesse de se faire rassurant depuis la chute des cours  du pétrole, allant jusqu’à lui reprocher son populisme au moment où il faille dire toute la vérité au peuple. « Ce qui devait être une bénédiction pour nous, parce que la notion du travail a beaucoup reculé en faveur des containers. Il faut encourager l’investissement algérien et celui du privé. » A ce sujet, le PT aura droit lui aussi à un pic lancé par Ouyahia. « On le traite d’oligarchie. Eh bien, vive l’oligarchie algérienne », s’exclamera-t-il.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
03juin 2016

Ouyahia évite l’actualité brûlante

15déc. 2016

Ouyahia salue la participation de l’opposition aux législatives

12sept. 2015

Il a animé aujourd’hui une conférence de presse au siège de son parti Ouyahia : "Il n’y a aucune crise au sommet de l’Etat"

Commentaires

19 Aoû 2015
jair57 12h40

Il fait partie de cette oligarchie.

15 Jui 2015
zoorro 11h21

CE MONSIEUR FAIT DES AFFAIRES TOUT EN ETANT FONCTIONNAIRE DE L"ETAT.CECI S'APPELLE ENRICHISSEMENT ILLICITE ET ABUS DE POUVOIR UTILISATION D'UNE FONCTION PUBLIQUE A DES FINS D'ENRICHISSEMENT.C'EST NORMAL PARCE QU'IL EST MELE A L'ARGENT SALE.COMME SES MAINS TACHEES DE SANG EN RECEVANT UN CRIMINEL CONSIDERE COMME PERSONNALITE NATIONALE.

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.