mardi 20 novembre 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Vers plus de participation des citoyens au niveau local Abonnez-vous au flux RSS des articles

28 janv. 2016
15:49
0 commentaire Mme Georgia Korella

Intervenant au séminaire sur l’approche participative dans la gestion des affaires locales, Mme Georgia Korella, chargée de mission au ministère de l’Intérieur et de la Restructuration Administrative de la Grèce a fait l’éloge de gestion, en établissant le lien entre l’expérience de son pays et celle de l’Algérie.

 

Pour cette experte, «la participation des citoyens dans la gestion des collectivités locales est incontournable dans la mesure où en plus de la transparence qu’elle impose, elle permet plus d’implication des différentes couches sociales dans la gestion des affaires ». Cette méthode de gestion participative qui a été adoptée par plusieurs pays européens et qui a montré son efficacité « ne se substitute pas à celle représentative qui concentre les pouvoirs exécutifs locaux au niveau des élus représentants des partis politiques ». Elle vient plutôt en appui à ceux-ci, par le biais des solutions proposées par les citoyens qui sont plus proches de la réalité et directement confrontés aux vrais problèmes de la localité, a ajouté l’experte.

Selon elle, cette gestion s’articule en Grèce autour de trois axes. En premier lieu le mouvement associatif constitué de citoyens bénévoles sont acquis aux objectifs communs et constituent un parfait trait d’union entre les autorités et la société civile. Ajouté à cela une bonne communication pour chacun des objectifs ciblés, en s’appuyant sur Internet, les réseaux sociaux et les médias de toutes natures. Le troisième axe consiste en un contrôle efficace qui est une forme de lutte contre la corruption, souvent redoutée par les citoyens.

Mme Korella considère que la situation de crise financière actuelle de l’Algérie ressemble beaucoup à celle vécue par la Grèce depuis quelques années - même si des différences existent - ce qui impose plus de "rigueur et surtout de transparence dans la gestion des affaires locales et des fonds publics en impliquant d’avantage les citoyens de manière organisée".

Pour rappel, cet événement a été organisé par le ministère de l’Intérieur et des Collectivité Locales en collaboration avec l’Union européenne. Les expériences de la France, l’Espagne, la Grèce et les Pays Bas dans ce domaine ont été présentées aux dirigeants centraux et élus locaux algériens. A cette occasion, M. Abderrahmane Seddini, inspecteur général au niveau de ce département ministériel a fait savoir qu’un projet de loi destiné à promouvoir et mettre en œuvre la gestion participative est en cous de préparation.

Lyes Azizi

Sur le même sujet
27oct. 2015

Appui à l’économie et à la démocratie participative L’UE consacre 25 millions d'euros à l’Algérie

09juil. 2013

Financé par la Commission européenne Le CCJ d’Akbou fait des émules

16nov. 2017

Campagne électorale : les dernières retouches

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.