vendredi 22 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Terrorisme et extrémisme: Bouteflika insiste sur la coopération africaine Abonnez-vous au flux RSS des articles

03 juil. 2017
18:30
0 commentaire La prévention de la radicalisation doit être un objectif africain

Les conventions et règlementations africaines  existent, il est peut-être temps de s’y conformer pour venir à bout de l’extrémisme et le terrorisme sur le continent noir. Le président de la république a plaidé pour  l’enrichissement et l’application de ces instruments. 

 

La Convention africaine sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, la Déclaration sur le code de conduite pour les relations interafricaines de 1994, le Protocole additionnel à la Convention d’Alger de 1999 et le Modèle africain de Loi sur la lutte anti-terroriste ainsi que les Déclarations solennelles  du Sommet de l’Union Africaine sur la lutte anti-terroriste « sont autant de réalisations engrangées par notre continent pour renforcer son arsenal politique et juridique de lutte contre le terrorisme ». Le Président de la République, désigné par ses pairs coordinateur de l’Union Africaine  a présenté ce lundi à Adis Abeba  un Mémorandum, lu en son nom par le Premier Ministre Tebboune dans lequel, la coopération régionale et continentale dans la lutte anti-terroriste prend tout son sens.

D’emblée, il  prit en compte la légalité internationale en rappelant que les mécanismes juridiques et légaux existent et qu’il suffit de les mettre à jour et les appliquer.  Il est question notamment de la prise en charge de la question des combattants terroristes étrangers et de leur retour ou mouvements vers le continent africain. Ils sont plus de 5000 ressortissants africains de diverses nationalités à activer au sein des groupes terroristes sur le continent même et dans les autres zones de conflits armés. La première dimension et pas des moindre est de tout d’abord  « le resserrement et le tarissement des nombreuses sources de financement du terrorisme, y compris l’économie informelle, le prise d’otages, les rançons, la migration illégale, le trafic dans les biens culturels, le trafic illicite d’armes et de drogue, le blanchiment  d’argent ainsi que l’immonde traite des êtres humains qui sont autant de créneaux que ces groupes terroristes  « exploitent toujours pour se financer sur notre continent ».

Le Président de la République rappelle ainsi aux africains les moyens de se faire qui sont la lutte contre le crime organisé transnational, la criminalisation du paiement des rançons ainsi que l’arrêt des flux de financement du terrorisme provenant de l’extérieur du Continent qui sont les « les priorités de l’action africaine en matière de lutte contre le financement du terrorisme ». il n’en demeure pas que la prévention qui reste un objectif à ne pas perdre de vue et qu’il faudra promouvoir aux niveaux national et régional et ce, à travers l’élaboration et mise en place des stratégies et des programmes de prévention de la radicalisation et de lutte contre l’extrémisme violent « qui s’attaquent aux différentes terreaux où naissent et se développent ces graines qui alimentent la menace terroriste ».

Les africains n’ont d’autres choix que conjuguer leurs efforts en développant la coopération dans de nombreux domaines dont l’échange d’informations sur les combattants terroristes étrangers, « une meilleure connaissance de leurs profils, la prévention de leurs déplacements par les différents moyens de transport, les points d’entrée et de transit ainsi que l’amélioration de la gestion des frontières ».  Le président Abdelaziz Bouteflika insista enfin sur la promotion de cadres politiques, institutionnels « favorisant la démocratie, la bonne gouvernance, les droits de l’homme, l’état de droit, la justice sociale et le développement socioéconomique » qui sont les garants de la stabilité et d’une vie décente ou la violence ne trouve pas place.

L.Aizouni

Sur le même sujet
23août 2017

Les dimensions de la lutte internationale anti-terroriste insuffisantes

07août 2014

Partenariat afro-américain L’Algérie appelle à renforcer le domaine de la sécurité

24juin 2013

Réunion du groupe de travail régional sur le terrorisme à Oran L’expérience algérienne mise en avant

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.