mardi 21 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Sellal ordonne la fermeture de chaînes de télévisions non agréées Abonnez-vous au flux RSS des articles

23 mai 2016
11:26
0 commentaire Certaines seront interdites de couverture médiatique

Le Premier ministre a présidé aujourd’hui l’ouverture de la rencontre internationale sur les droits d’auteur qui s’est déroulée au Palais de la culture Moufdi Zakaria à Alger en présence de la quasi-totalité du gouvernement.

 

Son intervention a été particulièrement axée sur le secteur de l’audiovisuel. Tranchant et menaçant Abdelmalek Sellal sans citer aucune des chaîne privées ( qui exercent toutes en offshore) a indiqué que les pouvoirs publics avaient permis leur création en attendant l’institution de l’autorité de régulation. « Sur la soixante qui existent, seules cinq d’entre elles sont agréées, ajoutant que c’est le gouvernement qui a demandé au ministre de la Communication d’assainir le secteur et de mettre fin à l’anarchie qui y règne. Mais à aucun moment, M. Sellal ne parlera des décrets d'application de la loi organique sur l'information. Des décrets devant régir l'exercice du secteur.

Désormais, affirme encore le Premier ministre, les chaînes qui n’activent pas de manière officielle seront interdites de couverture médiatique sur l’ensemble du territoire national. Il a aussi indiqué que le gouvernement est pour la libre production médiatique mais se dresse contre l’évasion fiscale et la dissimulation des recettes publicités et toue forme de fraude. « Le gouvernement les combattra et dans tous les secteurs. »

Toutefois, M. Sellal ne fait allusion à aucune mesure que pourrait prendre le gouvernement pour demander des comptes à ceux-là mêmes, chaîne de télé ou opérateur qui ont transféré des devises de manière illégale.

Toujours à propos du secteur audiovisuel qu’à partir d’aujourd’hui tout dépassement sera réprimé par la loi. Tant il est vrai, selon lui que certaines chaînes se sont transformées en tribune d’insultes, de chantage, d’atteintes à l’honneur et la vie privée des personnes, mais aussi aux fondamentaux de la société algérienne. « Ce qui constitue un réel danger, car ces chaînes propagent la haine, la culture de la violence, la fitna au sein de la société. »

Le Premier ministre a poursuivi ses accusations en pointant du doigt les chaînes qui font dans la publicité mensongères. « Les chaînes ne sauraient être un moyen pour exercer des pressions sur les cadres de l’Etat, lesquels sont tenus d’accomplir leur mission comme il faut et ils ne peuvent pas prendre des positions floues. » Enfin, il conclura qu’un cahier de charges a été élaboré. Et l’ensemble des chaînes sont tenues de le respecter.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
03déc. 2012

Ouverture du champ de l’audiovisuel en 2013 L’Etat prévoit des subventions

06oct. 2016

Baisse du volume de publicité publique de 65% en 2015 et 2016

12févr. 2015

Émissions relatives au référent religieux algérien Les chaines de télévision privées rappelées à l’ordre

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.