dimanche 28 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Corruption
Report du procès de l’autoroute Est-Ouest Abonnez-vous au flux RSS des articles

25 mars 2015
09:52
1 commentaire 23 prévenus devant la barre

Le procès de l’autoroute Est-Ouest qui s’est ouvert aujourd’hui, au tribunal criminel d’Alger a été reporté à la prochaine session, en raison de l’absence de l'avocat de CHani Medjdoub, principal accusé dans ce dossier. Celui-ci a refusé que le tribunal lui désigne un avocat d'office. 

14h40 : Reprise du procès.  Le président du tribunal criminel d'Alger a décidé de reporter le procès à la prochaine session criminelle.

13h00 : La séance est de nouveau suspendue, suite à la demande des avocats. « Un des accusés détenus n’a pas de défense. Nous plaidons pour le report du procès », insiste Me Bourayou, qui s’exprimait au nom du collectif de défense des 23 accusés.

Avant la suspension de la séance, le procureur a demandé au président de la séance de poursuivre le procès, expliquant que la justice s'est référée au code de procédure pénale. Il intervient en guise de réponse aux avocats des sociétés étrangères qui ont rejeté les chefs d’accusation pour absence de preuves.

12h35 : Les avocats des sept entreprises étrangères rejettent certains chefs d'accusation portés contre leurs clients.

12h19 : Après plus d'une heure de suspension de la séance, le procès vient de reprendre.

Le tribunal n’a pas encore statué sur la demande de la défense qui a récusé le Trésor public comme partie civile dans cette affaire, a affirmé d’emblée le président de la séance, estimant que cette demande est prématurée dans la conduite du procès.

«Nous demandons le report du procès, car ma cliente a été convoquée en retard, soit le 23 mars dernier. Nous n’avons pas pu préparer notre défense », a affirmé l’avocat de l’entreprise canadienne

Les avocats de la défense sont persuadés du report du procès à cause de l’absence de l'avocat de CHani Medjdoub, principal accusé dans ce dossier. « Le procès pourrait être reporté du moment que l’avocat de Chani ne s’est toujours pas présenté dans la salle », a affirmé à la presse Me Bourayou. « Mes avocats n'ont pas eu le visa », a tenu à expliquer Chani Medjdoub au président du tribunal. 

11h13 : La séance est suspendue pour délibérer sur la question de la constitution du Trésor public comme partie civile.

11h08 : « La loi nous permet de nous constituer partie civile dans toutes les affaires en relation avec des projets où l’Etat est actionnaire», a déclaré le représentant du Trésor public.

10h43 : Le Trésor public s’est constitué partie civile. Les avocats de la défense contestent. «Comment se fait-il que le Trésor public ne s’est pas constitué partie civile plutôt, l’affaire remonte à plus de 5 ans », s’est demandé Me Khaled Bourayou.

9h57 : Le président de la séance, Tayeb Hilali, a ouvert l’audience et commence à appeler les prévenus et leurs défenseurs ainsi que les témoins. 

Mohamed Khelladi, ancien directeur des nouveaux projets de l’Agence nationale des autoroutes et Chani Medjoub sont présents ainsi que le représentant de la partie civile, constituée de l’Agence nationale des autoroutes (ANA). Le représentant de la Direction générale des Douanes, qui s’est constituée également en partie civile, n’est pas dans la salle.

Le bus transportant les mises en cause est arrivé au parking du tribunal criminel d’Alger à 9h du matin, heure à laquelle sept représentants du groupe chinois CITIC-CRCC, accompagnés d’une traductrice étaient également arrivés sur place.

Selon l'arrêt de renvoi, les accusés avaient reçu des pots-de-vin versés par des compagnies étrangères en contrepartie de l'attribution des marchés dans les secteurs des travaux publics et transports. Cela concerne les projets de réalisation de l'autoroute Est-ouest, le barrage de Kef Eddir dans la wilaya de Tipasa, de tramways et enfin des projets d'ascenseurs à Constantine, Tlemcen, Skikda et Oued Qoreich à Alger.

Parmi les sociétés étrangères citées pendant l’instruction figurent le groupe chinois CITIC-CRCC, réalisatrice de l’autoroute Est-Ouest, le consortium italien Pizarrotti, le groupe espagnol ISOLUX Corsan, le japonais Cojjal, le canadien SMINC, le suisse Caraventa et le portugais COBA.

23 personnes, en majorité des fonctionnaires du ministère des Travaux publics et des représentants de consortiums étrangers, sont au banc des accusés, poursuivies pour corruption et dilapidation de deniers publics. 

Les prévenus doivent répondre des griefs d’association de malfaiteurs, abus de pouvoir, corruption, blanchiment d'argent, non-respect de la règlementation des changes et mouvements des capitaux de et vers l'étranger et de dilapidation de deniers publics.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
19avril 2015

Corruption Report du procès de l’autoroute Est-Ouest au 26 avril

26avril 2015

Suspension de l’audience Poursuite demain du procès de l'autoroute Est-Ouest

31mars 2015

Affaires «autoroute Est-Ouest» et «Sonatrach1» Les procès seront repris les 19 avril et 7 juin prochains

Commentaires

29 Mar 2015
tlili 18h53

il faut un proce juste et equitable pour que la confiance renait au sein du peuple ( bien mal acquis ne profite a personne)

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.