mardi 30 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Que cachent les attaques marocaines ? Abonnez-vous au flux RSS des articles

25 avril 2017
09:07
0 commentaire Alger rejette toutes les accusations

C’est une accusation pour le moins fantaisiste que le Royaume du Maroc est allé chercher, à travers cette prétendue affaire de ressortissants syriens « chassés » d’Algérie, pour envenimer davantage des relations qui peinent à se normaliser.

 

En effet, les autorités marocaines n’ont pas trouvé mieux que de porter la responsabilité à Alger d'une prétendue tentative de ressortissants syriens d'entrer illégalement en territoire marocain à partir de l'Algérie. Message sous-entendu : les ressortissants syriens, parmi lesquels des enfants et des femmes, ont été chassés de l’Algérie. L’Algérie « doit assumer sa responsabilité politique et morale à l’égard de cette situation (prétendue entrée de syriens au Maroc depuis l’Algérie)», avaient accusé les autorités marocaines  jugeant « immoral et contraire à l’éthique de manipuler la détresse morale et physique de ces personnes, pour semer le trouble au niveau des frontières maroco-algériennes ».

La réaction d’Alger ne s’est pas fait attendre. «Suite aux graves accusations formulées par les autorités marocaines faisant porter à l’Algérie la responsabilité d’une prétendue tentative de ressortissants syriens qui auraient essayé d’entrer illégalement en territoire marocain à partir du territoire algérien, l’ambassadeur du Royaume du Maroc a été reçu ce jour, 23 avril 2017, au ministère des Affaires étrangères où il lui a été signifié un rejet catégorique desdites allégations mensongères, et auquel il a été démontré le caractère totalement infondé de telles accusations qui ne visent qu’à nuire à l’Algérie à laquelle sont grossièrement imputées des pratiques étrangères à son éthique et à ses traditions d’hospitalité bien établies », avait indiqué dimanche un communiqué du ministère des affaires étrangères.

Selon la diplomatie algérienne, c’est plutôt les autorités marocaines qui ont tenté d’expulser vers l’Algérie, au niveau de Beni-Ounif, le 19 avril dernier, des ressortissants de plusieurs nationalités. Un fait porté à la connaissance de l’ambassadeur. «À ces actions unilatérales concernant des citoyens vraisemblablement de nationalité syrienne, s’ajoutent, de manière récurrente, des faits illégaux similaires affectant des ressortissants de pays subsahariens, qui font fréquemment l’objet de transferts illégaux vers le territoire algérien », s’est indigné le MAE. «L’Algérie qui s’est toujours abstenue, par esprit de responsabilité, de donner une portée politique et une couverture médiatique à des actes prémédités et répétitifs de cette nature de la part du Maroc, regrette  profondément cette propension des autorités marocaines à surabondamment exploiter des drames humains à des fins de propagande hostile », ajoute le texte.

En invoquant le caractère prémédité et la récurrence des actes de cette nature, les autorités algériennes suggèrent que Rabat est dans une entreprise qui obéit à des schémas politique. En effet, il est pour le moins curieux qu’un drame humanitaire soit exploité à des fins politiques. Et la question est de savoir que dissimulent ces attaques ? Le Maroc cherche-il à détourner l’attention à la veille de la présentation du rapport à l’ONU sur la mission de la MINURSO ? Cherche-t-il à affaiblir l’Algérie, l’un de ses farouches adversaires au sein de l’UA avec l’Afrique du sud, maintenant qu’il a réintégré l’organisation panafricaine ? Cherche-t-il à stigmatiser l’Algérie sur la question des droits de l’homme surtout que cette dernière réclame la mise en place d’un mécanisme de surveillance de ces droits dans les territoires occupés ? Ou, enfin, le Maroc cherche-t-il d’une certaine manière à influencer le nouvel envoyé spécial, l’ex président allemand Host Kohler ? En tous cas pour Alger, ces attaques marocaines révèlent encore une fois que Rabat demeure le principal obstacle à la construction maghrébine.

«De toute évidence, ces exercices de dénonciation outrancière et outrageante de l’Algérie auxquels se sont livrés deux départements ministériels marocains ainsi que d’autres déclarations d’autorités officielles distillant des accusations fantaisistes tendant à mettre en doute des positions algériennes universellement saluées et soutenues, s’ajoutant à des campagnes médiatiques effrénées dirigées contre l’Algérie et ses hauts responsables, relèvent d’une stratégie de la tension qui se situe aux antipodes des exigences du bon voisinage entre les deux pays », note le communiqué. «Ces fuites en avant ne sauraient exempter le Royaume du Maroc de ses responsabilités dans les impasses que vit l’ensemble maghrébin au regard des peuples de la région comme au regard de l’Histoire », conclut le communiqué.

Sofiane Tiksilt

Sur le même sujet
29janv. 2014

Affaire des réfugiés syriens expulsés Alger convoque l’ambassadeur du Maroc

19oct. 2014

Escalade verbale après l'incident survenu à la frontière (Actualisé) Le MAE convoque le chargé d'Affaires du Maroc à Alger

30janv. 2014

Ksentini à propos des provocations marocaines contre l'Algérie « Il faut rompre les relations diplomatiques »

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.