lundi 21 août 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Ould Abbès : «il faut retourner à la gestion de Messaâdia» Abonnez-vous au flux RSS des articles

14 janv. 2017
18:30
0 commentaire Les têtes de listes déterminées par la direction du parti

« Le FLN ne fait pas partie de l’Etat. C’est le parti-Etat, c’est la colonne vertébrale de l’Etat », a clamé aujourd’hui Djamel Ould Abbés qui a réuni au siège du FLN les mouhafeds et les président des commissions provisoire.

 

La réunion d’aujourd’hui avait pour objectif d’informer les responsables locaux de l’ex-parti unique de la feuille de route arrêtée par la direction en prévision des prochaines échéances électorales. Des échéances qu’Ould Abbés juge décisives en ce sens qu’elles sont intimement liées à l’échéance de 2019. L’ex-ministre de la Solidarité n’en dira pas plus  à ce propos. Mais il insistera beaucoup sur le retour de la gestion du FLN à la manière de Messaâdia, comme par exemple le retour de la quasi-totalité des organisations de masse. Un retour naturel, selon le secrétaire général du FLN qui veut que le parti se réapproprie la légitimité historique et revendique le processus de l’édification national.

Mais le plus important dans cette réunion, c’est sans ul doute la feuille de route arrêtée pour les prochaines échéances électorales, les législatives en l’occurrence. Dont Ould Abbés dira que « désormais l’ère de la désignation des candidats par en haut est révolu ». Tout  comme l’achat des places  sur les listes. C’est désormais aux commissions qu’échoira cette mission. Une instruction N°2 adressée à l’ensemble des wilayas a été transmise avec des délais précis à respecter scrupuleusement.

Toutefois, Ould Abbès précisera qu’il n’y aura pas de la place pour les 555.00 militants que compte le parti, dont 217 députés, 48 sénateurs, 30.000 élus locaux.

Et Bouguetaya, membre du bureau politique d’égrener les critères et autres conditions pour postuler à la candidature, parmi lesquelles montrer patte blanche. Des conditions s’il en est assez contraignantes pour peur qu’elles soient respectées.

A propos de la candidature des ministres FLN en poste, le conseiller de la communication de l’ex-parti unique relaie son secrétaire général en affirmant que c’est le président de la République qui en décidera. Sachant que s’ils sont candidats ils seraient reconduits dans leur poste ou feront l’objet de permutation.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
05mars 2017

FLN: Ferroukhi tête de liste à Alger

15févr. 2017

La candidature de Sellal aux législatives écartée

28avril 2017

Le FLN n’a pas fait le plein à la Coupole

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.