dimanche 25 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Makri exige le bilan du gouvernement sortant Abonnez-vous au flux RSS des articles

24 mai 2017
19:08
0 commentaire La crise ne se résout pas par le changement des personnes

En réaction à la nomination d’Abdelmadjid Teboune comme Premier ministre en remplacement de Abdelamelk Sellal, le président du Mouvement de la société pour la paix Abderrazak Makri, a exigé la présentation du bilan du gouvernement sortant en toute « transparence, responsabilité et crédibilité ».

 

Tout en félicitant le nouveau Premier ministre, le leader islamiste a posté un communiqué sur le mur de son compte facebook qualifiant les bilans des anciens gouvernements relatifs aux programmes et décisions de négatifs dans l’ensemble. « Les bilans en ce qui concerne les programmes et décisions et leur application accomplissement étaient négatifs dans leur globalité sur le présent et l’avenir de l’Algérie étant donné leur incapacité (chacun selon sa responsabilité) à saisir les opportunités financières énormes et les conditions politiques et sociales favorables qui étaient disponibles à l’Etat»,a-t-il précisé. Il ajoutera « qu’aujourd’hui, nous sommes confrontés à une grande crise dont les conséquences risquent d’être pénibles pour le peuple  et la stabilité du pays».

Pour cela, le parti de feu Nahnah estime que l’opinion publique doit  prendre connaissance des bilans précédents en toute « crédibilité, responsabilité et transparence ». Dans son réquisitoire, Abderrazak Makri,  réconforté par le soutien du Conseil consultatif de son parti en leader de l’opposition, livre la version et le constat de son parti sur la situation politico-économique du pays. Il indiquera que « la crise algérienne actuelle et l’état d’échec visible, ne peuvent être résolus par le seul  changement de personnes mais par le changement de la manière de gouverner »  sans oublier de préconiser la nécessité d’avoir « une vision capable de réaliser le changement économique et politique » que son  mouvement avait suggérée  par le biais de son programme électoral.

Cependant, le chef du Mouvement de la société pour la paix, souligne que sa formation  jouera son rôle  d’opposition politique responsable et crédible vis-à-vis de la nouvelle composante gouvernementale , avec les critiques soutenues par la lutte contre la corruption et la présentation d’alternatives en concertation avec l’ensemble des acteurs économiques, sociaux et politiques en vue de dépasser la crise actuelle. Le MSP, qui est déterminé à creuser l’écart avec un «régime qui refuse tout changement» renouvelle ainsi  son appel à la mobilisation de toutes les forces vives de la société pour réclamer le changement et la transition démocratique qui, selon sa vision  sont les  seuls garants de la stabilité et de la prospérité de l’Algérie.

M.E.H

Sur le même sujet
08avril 2017

Makri décline le programme électoral du MSP

02févr. 2017

Le jeu trouble du MSP

15mai 2017

Le MSP dans la tempête

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.