lundi 26 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Makri décline le programme électoral du MSP Abonnez-vous au flux RSS des articles

08 avril 2017
16:29
0 commentaire Abderrezak Makri

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP) a présenté aujourd’hui le programme de son parti.

 

C’est à la veille du début de la campagne électorale que le MSP a présenté sur trois volets, politique, économique et sectoriels. Le programme de MSP propose plusieurs nouvelles visions afin de sortir de «l’impasse politique et économique» que traverse actuellement le pays. Ainsi, sur le plan politique, le président du MSP a indiqué que la vision de son parti se base sur la nécessité d’un «consensus et la légitimité populaire » indispensables pour un régime de gouvernance. Makri est revenu sur la nécessité d’un changement politique comme cela est indiqué dans la revendication de  l’instance de l’opposition. Dans cette optique, il a présenté trois scénarios. Le premier passe par le changement dans un système rentier, et « c’est celui que veut la majorité », le second et celui d’une « crise aigüe, mais qui terminera par un grand consensus national qui induira a une solution économique et sociale».

Mais le plus essentiel dans le programme présenté du MSP est le volet économique dans lesquels pas moins de dix points sont soulevés. Entre autres, Makri a suggéré un modèle économique participatif diffèrent de ceux existant actuellement. Selon lui, il faut un modèle « adéquat aux besoins de l’Algérie ».Tout en reconnaissant qu’il est impossible de changer le monde, «nous voulons un model algérien qui répondra plus aux attentes des Algériens.»

Mais pour cela, il a considéré qu’il « est important de soutenir la croissance et la production» qui sont « très faibles actuellement ». Un système de croissance qui « garantit les meilleures conditions de vie pour les citoyens ». Makri vise aussi à soutenir les investissements dans les énergies renouvelables, soutenir les formations et garantir une stabilité juridique pour « une meilleure visibilité des investissements ».  Toutefois, il a proposé plusieurs réformes qui consistent en la révisons de la fiscalité, dont il dit qu’il faut augmenter l’assiette et diminuer les taux. En général il a souhaité aussi «l’élargissement des décisions économique aux partis politiques pour avoir plus de transparence et de contrôle».

Makri a promis de lutter contre « les crimes économiques qui ont foisonné ces dernières années ». Selon lui, il n’est pas normal que « les importations passent de 12 à 64 milliards ». Dans ce sens, il s’est demandé « comment se fait-il qu’on importe 90% de nos besoin de la France ?» car une telle situation, signifie qu’on « soutient la croissance de plusieurs autres pays au détriment de la production et l’économie nationale ». Il a appelé aussi à l’importance de donner de la place à la finance islamique qui « est très développée dans plusieurs pays occidentaux ».

Le président du MSP a noté également la nécessité de revoir le model des subventions qui doit «être plus sélectifs en visant uniquement les nécessiteux » et cela grâce à un système d’information très performant.

S’agissant des autres secteurs, le conférencier a proposé la création des pôles d’excellence pour le secteur de la santé, et d’appliquer les standards internationaux pour les études supérieures. Il a promis de reformer la justice qui se basera « sur une constitution consensuelle ». 

Khelifa Ltamine

Sur le même sujet
08mars 2017

Le MSP confiant de ses résultats aux législatives

16juil. 2015

CNLTD Quand le MSP provoque le malaise

02févr. 2017

Le jeu trouble du MSP

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.