vendredi 17 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les locales : la campagne à la petite semaine Abonnez-vous au flux RSS des articles

01 nov. 2017
19:51
0 commentaire 1ere semaine de compagne, politiquement plate

Sortis depuis huit jours à la rencontre des citoyens, les partis politiques patinent entre discours-slogans et dénonciation. Convaincre, peut s’avérer un exercice pénible. 

 

Le reproche argument est pour tous, l’administration. Comme synchronisés, les partis en compagne fustigent cette administration responsable de la gestion aléatoire des communes. Pour le MSP, il est urgent que les assemblées locales soient mises « à l'abri du chantage et des pressions », d’où l’impératif de revoir le cadre légal promettant au passage que son programme « vise à consacrer l'équilibre entre l'élu et l'Administrateur en matière de prérogatives, et ce, pour garantir un service public qui soit à la hauteur des aspirations du citoyen ». Ceci, non sans verser dans le slogan de « un élu responsable: un développement juste ».

Le président du parti El-Fajr El-jadid,Tahar Benbaibèche, était sur la même longueur d’onde.  Il plaida l'élargissement des prérogatives des Assemblées populaires communales (APC) « afin de booster le développement  local et mettre un terme à la mauvaise gestion et à toutes les entraves bureaucratiques ». Pour lui, « le système de gestion actuel caractérisée par la centralisation est à l’origine de tous les problèmes que vivent les Algériens ». Le président du mouvement El-Islah, Filali Ghouini a quant à lui attribué le blocage des APC à ce manque de prérogatives légales de l’élu.  Amar Ghoul fait une proposition. Une sorte de « parlement local » que le parti TEJ souhaite faire des assemblées locales actuelles « manière de conférer davantage de prérogatives aux présidents d'APC et d'APW ». Même si techniquement son idée mérite plus de clarification il est parti dans ses discours durant cette première semaine se ranger du côté des autres partis sur la question de la révision du code communal et de wilaya mais, dans l’absolu tout comme le MPA qui s’est insurgé lors de son discours à Tamanrasset contre la privation des élus de leurs prérogatives. Le président du Mouvement populaire algérien  Amara Benyounes, a plaidé, pour la récupération de la totalité des prérogatives de l’élu pour dynamiser sa mission localement. « Il est important de récupérer les attributions de l’élu et de mettre un terme à l’ingérence de l’administration, pour dynamiser le rôle de l’élu et lui permettre de mener à bien sa mission et de contribuer à la satisfaction des attentes des électeurs ».

Que les partis politiques s’accordent sur la nécessité de conférer à l’élu plus de prérogatives est en soi une revendication politique louable eu égard au rôle de l’élu au niveau local dont dépend le développement national mais ce qui manque jusque-là, dans le discours tel que formulé à l’attention du citoyen est de définir et identifier ces prérogatives manquantes. Mais, aussi et surtout identifier l’échec de l’efficacité des prérogatives dont ces élus sont investis jusque-là. Le citoyen sollicité par tous, pour donner sa voix est en droit de renvoyer tous ceux qui réclament une révision du code de la commune et de wilaya à leurs propres contradictions du fait que le projet de texte est élaboré et soumis prochainement parlement et, que jusque-là ces mêmes formations n’ont pas eu à redire quant à la substance du texte se contentant de s’en remettre à l’administration centrale.  Convaincre peut s’avérer certes un exercice difficile mais reconnaitre ses échecs en tant que représentant des citoyens lors de mandats antérieurs est un gage de bonne volonté susceptible d’être entendu.    

 

   

Lakhdar Aizouni

Sur le même sujet
29oct. 2017

Le développement local domine les premiers discours

14nov. 2012

L’élu local dans le sillage du nouveau code communal Une gestion très administrative

16nov. 2017

Campagne électorale : les dernières retouches

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.