dimanche 30 avril 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le spectre de l’abstention : une idée fixe Abonnez-vous au flux RSS des articles

15 avril 2017
10:29
0 commentaire Donner une crédibilité aux élections

La campagne électorale vient d’achever sa première semaine. Redoutant le spectre de l’abstention les chefs de partis en compagne font du vote leur priorité. 

 

Depuis le 9 avril, date officielle du début de la campagne électorale, les leaders des partis et autres candidats ne lésinent pas sur les assurances que le scrutin du 4 mai prochain sera décisif quant à l’avenir du pays. « Voter, en masse, c’est éviter que vos voix soient spoliées, qu’on s’exprime à votre place », ou encore : « mettez un bulletin nul, mais votez ! », ce sont là les quelques appels que nous entendons depuis le début de cette campagne. Même le Premier ministre s’est mis de la partie en invitant les citoyens à se rendre aux urnes, avec quand même un bémol. Contrairement aux autres membres du gouvernent, qui multiplient les appels pour que les citoyens se rendent aux urnes, lui a déclaré qu’il ne fallait pas exercer de pression sur les électeurs qui sont libres de voter ou pas.

Même le Front des forces socialistes et le Rassemblement pour la culture et la démocratie, qui ont déserté pendant une dizaine d’années l’hémicycle, courtisent les citoyens en les incitant à s’exprimer le 4 mai prochain. «L’abstention nous mènera vers l’inconnu », a notamment déclaré le premier secrétaire du parti de Da l’Ho dans une conférence de presse qu’il a animée à Constantine. Tandis que MohsenBelbbès promet un nouveau départ pour le pays qu’il compte sortir de la crise en un laps de tps extrêmement court. D’autres leaders politiques affirment que voter en masse donnerait plus de crédibilité et de légitimité à la future assemblée.

Certains partis s’en sont allés jusqu’à revendiquer la paternité de quelques réalisations au profit de la population, à travers leur soutien inconditionnel au programme du président de la République. D’autres, notamment ceux de l’opposition qui siègent déjà à l’APN déclinent leur bilan à travers la désapprobation des réformes du gouvernement telles que les lois de Finances 2016 et 2017.

« Allez voter » pour le changement, pour la stabilité pour un futur meilleur était en substance, le point focal de tous les discours lors de cette première semaine. Certains ont même fait dans la radicalisation et l’excès de zèle « le vote devrait être obligatoire ».  

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
10mai 2012

Région ouest L’affluence des électeurs augmente au fil des heures

09avril 2017

L’Algérie profonde d’abord, la capitale en dernier

15avril 2014

Dans un message adressé à l’occasion de la journée du Savoir (Actualisé) Bouteflika appelle à un vote massif

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.