mardi 23 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le SNAPAP craint un pourrissement de la situation Abonnez-vous au flux RSS des articles

29 nov. 2016
18:30
0 commentaire Le Snapap exige le respect du droit à l'exercice syndical

Le Syndicat national autonome du personnel des administrations publiques (SNAPAP) vient de tirer la sonnette d’alarme. Les représentants des fédérations des communes et de l’enseignement supérieur ont fait part, ce matin, de leurs inquiétudes, celles d’assister à un pourrissement de la situation.

 

En effet, lors d’un point de presse, tenu ce matin, au Centre d’information et de documentation en droits de l’Homme (CDDH) Béjaïa, ils ont dénoncé les pressions et les intimidations dont sont l’objet leurs syndicalistes ainsi que les travailleurs affiliés à leur organisation de la part essentiellement des maires et des responsables de l’administration des œuvres universitaires. La rencontre s’est déroulée en présence de Rabah Rezki, un membre influent du Comité de solidarité avec les travailleurs de la wilaya de Béjaïa.

Durant cette rencontre avec les journalistes locaux, les cadres syndicaux du SNAPAP Béjaïa ont dénoncé «les atteintes aux libertés syndicales, le harcèlement de syndicalistes mais aussi des syndiqués, les abus de pouvoir dont usent et abusent les édiles locaux et responsables de l’administration des œuvres universitaires.» Lesquels abus de pouvoir se traduisent par des «dépôts de plaintes contre leurs adhérents de la part de certains maires- pas tous heureusement - et de la part de la DOU. »

Les dirigeants syndicaux au niveau des communes affirment que leurs adhérents vivent le martyre avec notamment les maires d’El-Kseur et de Tazmalt, qui pratiquent à leur égard un harcèlement sans discontinuité en témoignent, a-t-on dénoncé aussi, les dépôts de plaintes de la part des deux maires en question. L’administration de la DOU n’est pas en reste, a-t-on ajouté puisque des syndicalistes sont poursuivis en justice sans en préciser leur nombre.

En abordant leur mouvement, une grève cyclique des communaux depuis avril dernier, le président de la fédération des communaux du SNAPAP de Béjaïa, M. Zaidi, a déploré l’absence de réaction de la part des autorités politiques. Un silence jugé assourdissant alors que le pouvoir d’achat ne cesse de se dégrader conjugué à la progression de la précarité de l’emploi. Occasion pour lui de rappeler que leur syndicat, à l’échelle nationale, a déposé une plateforme de revendications auprès du ministre de l’Intérieur en avril dernier, mais aucune suite n’a été réservée à cette missive.

Les conférenciers se sont notamment attardés sur les maires, qui agiraient «en shérif dans leurs communes», selon les propres mots d’un responsable syndical des communaux. Et les plus éclairants des cas, ceux de Tazmalt et d’El-Kseur, a-t-on déclaré avec insistance. On apprend à titre d’exemple que «le magasinier de l’APC d’El-Kseur a reçu sa fiche de paie avec 0 DA parce que il avait refusé d’être muté à un autre poste, c’est pour vous dire où nous en sommes.» Et d’ajouter qu’à Tazmalt «les grévistes sont sommés de reprendre le travail».

La même situation est vécue au niveau de la DOU a témoigné le président de la fédération de l’enseignement supérieur du SNAPAP. «Nos syndicalistes ont été poursuivis en justice et trois membres de la fédération ont été mutés arbitrairement vers la cité universitaire d’El-Kseur», soit à quelque 25 kilomètres du chef-lieu de wilaya.

Toutefois, les membres des deux fédérations du SNAPAP se sont montrés disposés à faire des concessions et à ouvrir un dialogue. « Nous appelons à un dialogue serein et responsable» avec la tutelles. Toutefois, ils n’ont pas manqué d’interpeller les autorités locales sur un éventuel pourrissement de la situation. Une lettre ouverte sera ainsi adressée au wali par le SNAPAP et une autre au DG des œuvres universitaires. Il s’agit, explique-t-on, de situer les responsabilités.

Salim Aït-Sadi

Mots-clés
Sur le même sujet
17mai 2017

Les syndicats en colère à Béjaïa

10févr. 2014

Front social Imposante marche du SNAPAP à Bejaia

03juil. 2013

Œuvres universitaires de Béjaïa Gestion chaotique

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.