vendredi 22 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le RCD critique le plan d’action du Gouvernement Abonnez-vous au flux RSS des articles

30 juin 2017
15:32
0 commentaire Belabbas critique le plan d'action du gouvernement

Profitant de la tenue du Conseil national de son parti aujourd'hui à Alger, le president du RCD, Mohcine Belabbas a critiqué le plan d'action du gouvernement.

 

Le plan d’action présenté par M.Tebboune à l’Assemblée nationale, estime le president du Rassemblement pour la culture et la démocratie, illustre jusqu’à la caricature l’«incapacité du gouvernement à présenter un programme qui énonce au moins les sources de financements du patchwork des mesures listées».

« En dehors d’une chimérique réforme fiscale qui ne fixe ni l’assiette à atteindre ni les niches à investir comme les grosses fortunes ou l’informel, aucune source précise n’est ciblée pour renflouer les caisses et faire face à un déficit de 16%, soit autour de 25 milliards de dollars hérité de la loi de finance 2017», estime Mohcine Belabbas qui précise que le choix d’alourdir l’ardoise des impôts des entreprises relève d’«une vision de courte vue».

Ainsi, il dira que cette option de court terme est d’ailleurs confirmée par la recherche d’orienter les ressources disponibles dans des projets de rentabilité immédiate en dehors de toute cohérence d’ensemble. «La charge d’impôts supplémentaires sur des contribuables loyaux risque de précipiter nombre d’entre eux, au mieux, dans la compression des effectifs sinon dans l’informel. Cela est d’autant plus plausible au moment où la réduction continue du volume des importations, présentées comme la panacée pour juguler une partie du déficit public, a déjà paralysé une partie du squelettique appareil industriel par l’absence de pièces de rechange ou d’intrants», indique-t-il.

Le RCD a en outre soulevé la quetion de la privatisation des entreprises publiques et le recours à l'endettement extérieur, pour financer des projets de développement comme des outils économiques. Il s’agira, selon Mohcine Belabbas, d’encadrer pour améliorer les performances et préserver l’emploi. « En quoi, par exemple, l’acharnement à injecter, sans retour sur l’investissement, chaque année, des millions de dollars, ponctionnés dans la rente pétrolière, dans une entreprise de textile ou dans le complexe d’El Hadjar peut-il procéder de la notion de préservation du secteur public ?», s'interroge le président du RCD. 

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
28avril 2017

Le RCD, offensif à Harcha

15avril 2017

Législatives : L’économie domine

24janv. 2014

Son Conseil national a pris la décision à l’unanimité Le RCD boycotte les présidentielles

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.