dimanche 19 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le FFS veut se repositionner sur l’échiquier politique Abonnez-vous au flux RSS des articles

04 févr. 2017
06:45
0 commentaire Le FFS ne participera pas au prochain gouvernement

Le Front des forces socialistes FFS, a tenu hier, un conseil national extraordinaire, dans lequel les membres du conseil ont élaboré une stratégie pour mener la prochaine campagne des législatives.

 

Dans une déclaration à la presse au début des travaux du conseil le premier secrétaire du FFS Bouchafa a indiqué que le parti va mettre en place «une stratégie électorale et installer une commission pour fixer les modalités de candidatures». Toutefois, dans un communiqué rendu public à la fin du conseil, le FFS a dénoncé la campagne de propagande qui vise à nuire à son parti. «Le FFS a constamment été ciblé par ses adversaires» à travers la propagande du régime et des forces hostiles.» Et d’ajouter : «Les dissidences ont toujours voulu frapper la cohésion militante et les deux ensembles ont participé à entamer la confiance en eux-mêmes et en leur parti contribuant à en diminuer les capacités organisationnelles.»

Cependant, et malgré «tous les obstacles érigés devant notre parti, le FFS mise sur une stratégie dans ces élections qui vise un repositionnement sur l’échiquier politique national à travers la reconquête de l’estime de nos concitoyens pour nos idées, notre projet de consensus national  et notre éthique politique», précise la même source. L’objectif de ce plan est de «gagner des sièges partout où ce sera possible mais aussi à travers l’ensemble du pays». Ainsi, le parti du défunt Hocine Ait Ahmed, considère que ces élections sont «un moment crucial de la vie du parti au niveau national, régional et en interne.»

De ce fait, le FFS vise à apporter «une réponse cinglante devant les citoyens sur la nature mensongère et antipolitique des différentes campagnes de propagande qui ont été dirigées contre le parti». Ainsi, cette réponse sera selon le FFS «sans ambigüités sur sa capacité, non seulement à respecter et mettre en œuvre ses principes fondateurs et ses valeurs directrices, mais aussi à les faire partager avec un nombre croissant de concitoyens et de partenaires divers».

Par ailleurs, le FFS  décidera s’il entrera dans des alliances, mais il exclut sa participation dans le prochain gouvernement. Selon Bouchafa, «on refuse toute forme de dominance ou de dépendance».

Pour rappel le FFS a décidé de participer aux élections législatives lors d’un conseil national qui s’est tenu les 9 et 10 décembre 2016. Une décision qui a pour objectif toujours selon Bouchafa, d’aller vers «l’ouverture de nouveaux horizons, en faveur de lé démocratie et d’un Etat de droit, le développement durable, la restitution de tous les droits politiques, économiques, sociales et culturels des citoyens, créer des postes d’emploi et préserver le pouvoir d’achat des citoyens».  

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
18févr. 2017

Laskri : Le FFS n’a pas le droit à l’erreur

24déc. 2016

Le FFS lance son défi à la salle Atlas

10déc. 2016

Le FFS explique sa participation aux législatives

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.